Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Des convoyeurs de fonds coincés pendant six heures dans le sas d'un distributeur automatique à Pézenas

jeudi 27 décembre 2018 à 19:29 Par Julien Penot, France Bleu Hérault et France Bleu

Alors qu'ils venaient réapprovisionner un distributeur automatique d'une banque de Pézenas (Hérault), ce mercredi 26 décembre, deux agents de la Brinks sont restés enfermés pendant six longues heures dans le sas de sécurité.

Des distributeurs automatiques bancaires en maintenance.
Des distributeurs automatiques bancaires en maintenance. © Maxppp - OLIVIER BOITET

Pézenas, France

Pour déposer les billets dans un distributeur automatique bancaire (DAB) ce mercredi 26 décembre, cours Jean Jaurès à Pézenas, deux convoyeurs de fonds se sont enfermés dans le sas de sécurité, comme le veut la procédure. Problème : ils n'ont pas pu le rouvrir. Ils y sont restés coincés pendant six heures avant d'être libérés.  

Une disqueuse pour ouvrir la porte blindée

Une fois prisonniers de ce sas ultra-sécurisé, impossible pour les deux convoyeurs d'en ressortir. Ce genre de porte électronique et hermétique est conçue pour être inviolable. Ils ont donc appelé leur employeur, qui  face au blindage, a dû faire intervenir un technicien. Dans le même temps, une patrouille de la gendarmerie a été dépêchée sur place pour assurer la sécurité pendant l'intervention très spectaculaire puisque le technicien a finalement du se servir d'une disqueuse pour venir à bout de la porte. Une scène surréaliste, observée par des passants qui ont cru à première vue à un braquage, certains ont même appelé le 17.

Au bout de six heures de calvaire, la porte a finalement cédé et les deux convoyeurs ont pu s'extraire du sas de sécurité. Le technicien a dû ensuite réparer la porte pour mettre en sécurité les fonds déposés.