Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Six mois de prison avec sursis pour le lycéen qui a agressé un prof à Beauvais

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Le lycéen de Beauvais (Oise) qui a frappé un professeur de son lycée est condamné à six mois de prison avec sursis. Mardi, à la reprise des cours après les vacances, il a frappé un professeur qui lui demandait d'enlever son bonnet, lui brisant la mâchoire.

"L'école, le lycée, c'est le lieu où l'on apprend la vie en société", a déclaré le Procureur dans son réquisitoire. (illustration)
"L'école, le lycée, c'est le lieu où l'on apprend la vie en société", a déclaré le Procureur dans son réquisitoire. (illustration) © Maxppp - Mathieu Botte

Beauvais, France

"Mon coup est parti tout seul", tente de se justifier Timothée, petit gabarit et voix très rauque. Ce jeune de 18 ans, poursuivi pour avoir violemment frappé un professeur de son lycée de Beauvais (Oise) affronte cette audience seul. Il n'y a pas un membre de sa famille dans la salle. 

Il était "de mauvaise humeur"

Il reconnait qu'il a rechigné quand le professeur lui a demandé de retirer sa capuche et son bonnet et explique qu'il était "de mauvaise humeur", mardi. Quand on lui demande des explications, il lâche "y a rien à dire".

Cependant, il affirme qu'il a frappé en réaction au professeur qui lui aurait donné "un coup de genoux dans la jambe". Ce que conteste une autre enseignante du Lycée Corot, présente au moment des faits. Le conseil du prévenu regrette que les autres élèves présents n'aient pas été également auditionnés. 

La victime, un prof passionné, qui avait différé son départ en retraite

L'avocate de la victime évoque elle ce prof de 62 ans, passionné, qui aurait pu prendre sa retraite début avril mais qui a préféré continuer, par vocation.  Sa mâchoire a été fracturé sous la violence des coups, et il ne sait encore s'il devra être opéré.  

"Comment vous envisagez la suite?", demande le président au prévenu. "Je n'y a pas pensé." Et vous savez ce que vous risquez? "Pas vraiment", le jeune homme marque une pause puis reprend : "l'enfermement?" 

"Il ne faut pas banaliser", clame le procureur, qui a requis 4 mois de prison ferme.  Face à ce jeune assez paumé, qui n'a pas de projet, il ajoute : "Il a le droit de ne pas savoir où il en est, mais rien ne justifie que des violences gratuites soient commises sur un enseignant".

Le lycéen est condamné à 6 mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l'épreuve