Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Grenoble : un gilet jaune condamné à six mois de prison avec sursis pour un pavé sur un CRS

mardi 4 décembre 2018 à 19:18 Par Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère et France Bleu

Le tribunal correctionnel de Grenoble a condamné mardi après-midi à six mois de prison avec sursis un homme de 23 ans qui a blessé un CRS, à la fin de la manifestation des gilets jaunes samedi dernier à Voreppe (Isère). Il a aussi été condamné à indemniser la victime.

Les Gilets Jaunes de Voreppe lors que tout est calme, samedi midi.
Les Gilets Jaunes de Voreppe lors que tout est calme, samedi midi. © Radio France - Gérard Fourgeaud

Grenoble, France

Le tribunal l'a reconnu coupable d'avoir lancé un pavé sur un CRS, mais aussi de port d'armes et de détention de stupéfiants. Il avait sur lui deux couteaux, une bombe lacrymogène, une matraque télescopique, un pare-pierre, un masque de ski et un foulard avec une tête de mort. C'est ce détail qui a permis de l'identifier de manière incontestable. 

Ce jeune homme n'avait pas de casier judiciaire depuis qu'il est majeur. Juste une admonestation et un rappel à la loi pour détention de stupéfiant étant mineur. C'est un gilet jaune presque ordinaire. Sauf que tous ne se trimbalent pas avec des armes, même blanches.

Son portrait 

Clément est âgé de 23 ans, est célibataire, gagne 1.400 euros en CDI dans le BTP à Moirans, près de Grenoble, et est propriétaire de son logement. Il participe au mouvement depuis le 17 novembre. Vendredi, il est arrivé au rond-point de Voreppe. Il y a passé la nuit, a fumé quelques joints, il l'a reconnu devant le tribunal. 

Au péage à Voreppe

Le samedi matin, avec deux copains ils ont rejoint le péage de l'autoroute. La manifestation est "bon enfant, comme d'habitude". Ils sont alors plusieurs centaines, mais certains s'aventurent sur l'A48 en amont du péage. Cela déclenche l'arrivée des CRS qui canalisent les gilets jaunes. 

Le moment de l'affrontement

Ceux-ci se replient pacifiquement sauf une poignée d'entre eux, dont Clément et ses copains. C'est le moment où il reconnaît avoir lancé un ballon de baudruche plein de peinture sur les CRS. C'est le moment aussi où le major Lecarbiet reçoit un pavé sur la main. Clément est repéré et maîtrisé quelques minutes plus tard. Sur lui, les forces de l'ordre trouvent la panoplie du parfait petit casseur débutant.

Bénédicte Tarayre, l'avocate du prévenu, estime que le tribunal a rendu une bonne décision. Clément ne fera pas appel. A partir de maintenant, pèse sur lui une menace de six mois de prison, pendant cinq ans.