Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Six mois de prison avec sursis requis après le "casse-toi sale nègre" envers un enfant à Saint-Brieuc

mardi 21 novembre 2017 à 20:43 Par Johan Moison, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Six mois de prison avec sursis ont été requis ce mardi par le parquet de Saint-Brieuc à l'encontre du retraité qui avait proféré des insultes racistes envers un enfant en février dernier dans un supermarché de Plérin. Le message de colère de la mère avait été relayé sur les réseaux sociaux.

Le palais de justice de Saint-Brieuc
Le palais de justice de Saint-Brieuc © Radio France - Johan Moison

Saint-Brieuc, France

La scène se déroule dans un rayon du supermarché. Deux frères âgés de 9 et 12 et demi jouent avec un ballon. "Je marche sur le pied d'un monsieur sans faire exprès", se souvient l'aîné à la barre du tribunal. "Et il me dit : "casse-toi sale nègre"."

On m'attribue des propos que je n'ai jamais proféré, des propos odieux, ce n'est pas mon vocabulaire. J'ai travaillé aux quatre coins du monde, je ne suis absolument pas raciste", se défend le prévenu. L'homme corpulent, bras ballants, âgé de 65 ans assure d'ailleurs n'avoir pas vu que les deux garçons étaient métis. "Je ne vois pas d'un œil", se justifie-t-il.

Parole contre parole

Parole d'un "petit garçon de 12 ans et demi qui a entendu "casse-toi sale nègre"", insiste l'avocate de la partie civile. Ces "quatre mots" qu'il a répété à son papa, au vigile du supermarché, au tribunal... "Un enfant crédible depuis le début", glisse le procureur. Parole d'un retraité qui redit et redit encore qu'il n'est pas raciste mais qui aurait traité un home de "sale arabe" dans une autre affaire classée sans suite. "Ne vous contentez pas des apparences, ici on juge des faits", demande l'avocat du prévenu en réclamant la relaxe. Le parquet requiert six mois de prison avec sursis et 1500 euros d'amende. Décision le 5 décembre.

Compte-rendu d'audience de Johan Moison

Le message de colère de la mère des deux enfants en février dernier.