Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Six mois requis contre André Bamberski : "j'accepterai la peine du tribunal"

-
Par France Bleu Alsace, France Bleu Occitanie

Le jugement du procès Bamberski sera rendu le 18 juin. Le procureur a requis des peines plutôt clémentes : six mois de prison avec sursis pour André Bamberski, l'instigateur, et un an de prison ferme pour les exécutants de l'enlèvement de Dieter Krombach en 2009.

André Bamberski, lors de son procès à Mulhouse.
André Bamberski, lors de son procès à Mulhouse. © MAXPPP

Le procès d'André Bamberski s'est terminé vendredi après deux jours d'audience à Mulhouse. Le tribunal correctionnel rendra son jugement le 18 juin prochain. André Bamberski et trois autres prévenus sont jugés pour avoir enlevé ou fait enlever le docteur Dieter Krombach condamné définitivement en France à 15 ans de réclusion criminelle après la mort de la fille de Bamberski, Kalinka. Cet enlèvement, en octobre 2009, a permis de remettre le médecin allemand à la justice française alors que l'Allemagne refusait de l'extrader car elle le considère comme innocent.

Six mois de prison avec sursis requis pour Bamberski

Après deux jours d'audience, personne n'a contesté la motivation "légitime" mais illégale d'André Bamberski. Le procureur de Mulhouse, Hervé Robin, pourtant sévère dans ses réquisitions écrites a dit comprendre et a salué "la persévérance et la volonté" du père de Kalinka, même s'il a rappelé que la loi devait s'appliquer pour des faits très violents. Il a requis six mois de prison avec sursis.

Procès Bamberski : le réquisitoire du procureur

"Humainement, je comprends, mais il y a les lois de la République"

Le procureur a désigné André Bamberski comme l'instigateur de cet enlèvement. "Humainement je comprends monsieur Bamberski, que vous ayez voulu aller jusqu'au bout de votre logique, a dit le procureur, mais je suis magistrat, et au nom des lois de la République, je ne peux pas accepter ce qui a été fait."

 

Anton Krasniqi, à l'audience, dans les bras d'André Bamberski. - Maxppp
Anton Krasniqi, à l'audience, dans les bras d'André Bamberski. © Maxppp

Un an ferme requis contre les exécutants au profil bien singulier

Autre "coupables" selon le procureur, les deux prévenus qui ont enlevé le docteur Krombach devant son domicile le 17 octobre 2009. Il a requis à leur encontre un an de prison ferme, rappelant que l'enlèvement était en soi une violence et que Dieter Krombach avait été frappé à multiples reprises.

Ces exécutants ont un profil plutôt atypique : il y a Anton, barman kosovar, look de rocker des années 1980, le très musclé Kacha, Géorgien de 28 ans et un fantôme Ivan, le 3e homme jamais retrouvé que ses compagnons accusent d'avoir porté les coups les plus graves.

Quels étaient leurs liens ?

Anton et Kacha ne se connaissaient pas avant l'expédition. Anton a raconté à l'audience connaître le fameux Ivan et Ivan aurait contacté Kacha. La belle-sœur d'Anton connaissait elle André Bamberski car cette journaliste autrichienne de 54 ans avait travaillé sur l'affaire de Kalinka.

Cette femme Heidi aurait servi de traductrice à Bamberski lors de sa quête pour retrouver et surveiller Krombach. Le procureur a requis trois mois de prison avec sursis à son encontre car il pense qu'elle a joué un rôle d'intermédiaire dans l'enlèvement, guidant l'expédition qui s'était égarée sur les routes et prévenant Bamberski que Krombach avait été déposé ligoté près du tribunal de Mulhouse.

Quelles étaient leurs motivations ?

Anton, Kacha et Heidi ont tous raconté au tribunal qu'ils ne cherchaient pas à passer un contrat avec Bamberski pour livrer Krombach à la justice française, mais simplement qu'ils avaient été "très émus" par l'histoire du père de Kalinka et voulait l'aider. Ils ont dit n'avoir aucun regret.

Kacha Bablovani, un Géorgien de 28 ans, soupçonné d'avoir participé à l'enlèvement de DIeter Krombach. - Maxppp
Kacha Bablovani, un Géorgien de 28 ans, soupçonné d'avoir participé à l'enlèvement de DIeter Krombach. © Maxppp

Ils disent avoir proposé leur aide à André Bamberski qui l'a acceptée. Selon eux, il n'y a eu aucun échange d'argent. Les 20.000 euros retrouvés sur Bamberski à Mulhouse ont, dit-il, servi à participer aux "frais" .

Un réquisitoire de "Bisounours" selon les avocats de Krombach

"Assumez comme des hommes si vous considérez que Krombach est un chien ! Assumez que vous avez fait ça pour de l'argent !" leur a lancé Me Philippe Ohayon, l'un des avocats de Dieter Krombach, car "ceux qui ont les mains sales prétendent avoir la conscience propre." L'autre avocat de Dieter Krombach, Yves Levano, a dénoncé un "réquisitoire de Bisounours et extrêmement clément" alors qu'il "faut aller voir dans les chambres de comparution immédiate ce que coûte un vol de portable en récidive."

"Assumez que vous avez fait ça pour de l'argent !"

Pour Laurent de Caunes, l'avocat d'André Bamberski, "il n'en avait pas le droit, mais il en avait le devoir" rappelant que selon lui le but du père de Kalinka n'avait jamais été "la vengeance, mais la justice" . La présidente du tribunal a eu le dernier mot, peinant à arrêter André Bamberski qui souhaitait expliquer de nouveau et plus en détails l'histoire du "combat de sa vie" : "vous avez rempli votre engagement envers Kalinka, vous pouvez désormais vous tourner vers l'avenir." Le jugement devrait être rendu le 18 juin à 8h30.

André Bamberski : "je suis déjà passé à autre chose"