Faits divers – Justice

Six suspects interpellés un an après l'attaque violente d'un distributeur automatique à Guénange

Par Cécile Soulé et Rachel Noel, France Bleu Lorraine Nord mardi 13 octobre 2015 à 16:02

L'attaque du distributeur automatique de Guénange
L'attaque du distributeur automatique de Guénange © Radio France - François Pelleray

Six personnes ont été interpellées ce mardi matin 13 octobre, un an après l'attaque violente d'un distributeur automatique de la société générale à Guénange, en Moselle. Une centaine de gendarmes et policiers ont participé à ces interpellations dans l'Aube et en Ile de France.

Les 6 personnes interpellées ce mardi matin 13 octobre sont soupçonnés de plusieurs braquages, dont cette attaque d'un distributeur automatique à Guénange le 11 septembre 2014, il y un peu plus d'un an. Les malfaiteurs présumés ont été arrêtés dans l'Aube et en Ile-de-France. Une centaine de policiers et gendarmes ont participé à ces interpellations, suivies de perquisitions et d'interrogatoires.

L'attaque de Guénange, violente, est restée dans les esprits. En plein centre ville, et en pleine journée, les malfaiteurs avaient foncé à l'aide d'une voiture bélier dans la porte qui ouvrait sur un distributeur automatique de la Société générale. Mais la porte avait résisté. Les voleurs avaient ensuite mis le feu au véhicule. Les flammes s'étaient propagées à l'agence bancaire, où se trouvaient des clients et des employés, bloqués à l'intérieur.  Les pompiers avaient du briser la vitrine pour les libérer. Les malfaiteurs eux, s'étaient enfui sans réussir à emporter le butin.

Les six personnes interpellées ce mardi matin seraient également impliquées dans le vol à main armé de l'hypermarché Leclerc de Fameck, en avril 2015. Les visages dissimulés sous des masques, les braqueurs avaient tenté d'obtenir des vigiles, les codes d'accès au coffres. Mais là non plus, ils n'y étaient pas parvenus. Cette équipe est soupçonnée en tout d'une dizaine de faits, essentiellement des vols avec violence, pas seulement en Lorraine mais surtout dans l'Est de la France.  Les enquêteurs évoquent de malfaiteurs chevronnés. La plupart ont un casier judiciaire déjà rempli. Certains sont issus du grand banditisme.