Faits divers – Justice

SNCF : des actes de malveillance ce lundi matin sur les voies en Rhône-Alpes

Par Stéphane Milhomme et Emmanuel Champale, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu Isère lundi 23 juin 2014 à 12:13

Fumigènes lors d'une manifestation à la  SNCF
Fumigènes lors d'une manifestation à la SNCF © Radio France - Emmanuel Champale

Tout n'est pas rentré dans l'ordre à la SNCF en Drôme Ardèche mais aussi dans le secteur de Grenoble et de Lyon. Il y a eu notamment des retards sur les trains depuis ce lundi matin entre Valence et Grenoble. La plupart des cheminots ont repris le travail mais il reste des poches de résistance. La SNCF "condamne une nouvelle atteinte à la qualité du service de transport public "

Les malveillances ce sont des pétards et fumigènes rouges, comme ceux que l'on voit dans les manifestations. Ils ont été allumés prés des voies, des commutateurs et des barres coupe circuit, qui signalent un danger sur les voies ont aussi été activés. Ces faits se sont passés presque simultanement vers 6 heures ce lundi matin sur une quinzaine d'endroits dans les secteurs de Tullins, Moirans ou encore Voreppe et les conséquences ont été immédiates : les trains se sont arrêtés sur les ligne Valence-Grenoble et Grenoble-Lyon.

Les dispositifs touchés ne sont pas accessibles à n'importe qui

Avant de faire redémarrer les TER, il a fallu vérifier les dispositifs et s'assurer qu'il n'y avait pas de danger effectifs. Ces mesures ont entraîné des retards en cascade de plus d'un demi heure pour une quarantaine de trains. Tout n'est pas totalement rentré dans l'ordre ce lundi midi. Qui a fait cela ? On a évidemment une petite idée, mais  dans un souci d'apaisement, la direction de la SNCF n'évoque à aucun moment les cheminots, tout en reconnaissant que les dispositifs qui ont été touchés sont très spécifiques, qu'il ne sont pas accessibles à n'importe qui.

La SNCF condamne et porte plainte contre X

Bref, sans le dire ce sont bien les plus radicaux des cheminots qui sont visés, il reste encore quelques zones en Rhône-Alpes qui protestent toujours fermement contre la réforme ferroviaire. Se faire entendre pourquoi pas, mais là, ce sont des équipements de sécurité pour le transport des voyageurs qui ont été activés. La SNCF "condamne fermement cette nouvelle atteinte à la qualité du service de transports public". L'entreprise "regrette l'attitude jusqu'au-boutiste des personnels en grève" et a déposé plainte à la gendarmerie de Renage, en Isère.

Partager sur :