Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Soigner les hommes violents pour réduire les violences conjugales en Drôme Ardèche

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

C'est la semaine contre les violences faites aux femmes. L'occasion pour les associations et la justice d'interpeller le Préfet de la Drôme : durant deux ans, elles ont soigné les hommes violents, limitant de façon impressionnante les récidives. Jusqu'à ce que l'Etat les prive de financement.

Violences conjugales - illustration
Violences conjugales - illustration © Maxppp

Et si on obligeait les hommes violents à se soigner ? Le dispositif a été testé pendant 2 ans dans la Drôme. Et puis, plus rien faute de financement de l'Etat. A l'occasion de la semaine contre les violences faites aux femmes, les associations et la justice ont interpellé lundi le Préfet de la Drôme. Car soigner les auteurs de violences, ça marche.

Une réussite incontestable

Un homme reconnu coupable de violences avait le choix : soit la prison, soit un suivi par une psychologue : deux séances minimum. En 2 ans, 101 auteurs de violences ont choisi de réfléchir à leur problème. Bilan : seulement 3 récidives.

L'argent reversé pour la vidéo surveillance

C'est la Préfecture de la Drôme qui a coupé ses crédits. Ils ont été réorientés depuis 2 ans en subvention pour les caméras de vidéosurveillance. Le nouveau préfet Didier Lauga se dit prêt à revoir la question. Mais pour relancer le dispositif, il faudra que l'Etat débloque au moins 20.000 euros par an.

La Drôme avait essayé - avec succès - de soigner les hommes violents.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu