Faits divers – Justice

Somme : près de 150 personnes manifestent à nouveau contre la ferme des 1000 vaches

Par Fanette Hourt, France Bleu Picardie et France Bleu dimanche 11 septembre 2016 à 20:44

Ils étaient près de 150 devant la ferme.
Ils étaient près de 150 devant la ferme. © Radio France - Fanette Hourt

Près de 150 manifestants étaient à la troisième fête anti-ferme des 1000 vaches ce dimanche, à Drucat-le-Plessiel, au nord d'Abbeville. Une nouvelle journée de mobilisation organisée par l'association Novissen, opposée depuis le début à cette ferme-usine.

Il y a comme un goût de déjà vu devant la ferme dite "des 1000 vaches" de Drucat, dans la Somme. Près de 150 manifestants, venus de Picardie ou d'ailleurs étaient là pour dire non à cette immense ferme, qui accueille actuellement près de 800 bêtes.

Une journée qui se voulait festive, dans une ambiance bon enfant. Au programme : l'inauguration d'une stèle de la résistance à l'élevage industriel, puis buvette, conférence et animations musicales à la salle polyvalente de la commune.

Une manifestation dans une bonne ambiance.

"Rien n'est jamais perdu"

Peu importe finalement pour ces manifestants que cette ferme fonctionne depuis deux ans, et peu importe qu'il faille revenir, et redire leur opposition. Ils continueront, comme l'explique Annie. Elle habite à Drucat, à quelques kilomètres seulement de la ferme, et elle fait partie de Novissen : "Rien n'est jamais perdu. Ce n'est pas parce qu'il y a une construction qu'on va s'arrêter. Et on a déjà gagné beaucoup de choses. Donc on continuera jusqu'à ce que ça s'arrête." L'association a déjà lancé plusieurs procédures judiciaires contre la ferme des 1000 vaches, notamment contre son passage de 500 à 800 animaux.

Les manifestants ont d'ailleurs reçu un soutien de poids ce dimanche, avec la venue de la député et secrétaire d'Etat à la biodiversité, Barbara Pompili. C'est une habituée de ces rassemblements, et elle est prête à continuer jusqu'à ce que la ferme soit fermée : "Tout ce qui peut faire que cette ferme n'existe plus, ce sera une bonne chose, parce que cette ferme est devenue un symbole. C'est typiquement l'exemple de ce qui tire les prix du lait vers le bas."

La secrétaire d'Etat à la biodiversité, Barbara Pompili.

Pas d'inquiètude du responsable de la ferme

Michel Welter, le responsable de la ferme des 1000 vaches, a l'habitude de ce genre de manifestation et de ce genre d'accusations. Mais malgré tout, il était satisfait hier : "Je suis très très content. Il n'y avait qu'une centaine de personnes qui était là devant. Ce qui veut dire que par rapport à toutes les nuisances présupposées, il n'y en a pas."

Un seul regret : que la secrétaire d'Etat n'ait pas fait le déplacement pour le rencontrer. "J'aurais préféré qu'elle vienne jusque chez nous pour venir vraiment voir ce qui se passe, plutôt que de faire des déclarations médiatiques. Nous, nous maintenons 25 emplois. Ce n'est pas l'avenir de l'agriculture française, tout le monde ne fera pas de fermes de 1000 vaches, mais il faudra des structures comme ça pour qu'on nous laisse travailler", martèle-t-il.

Michel Welter, le responsable de la ferme des 1000 vaches.

Plusieurs recours sont en cours contre la ferme : d'abord au tribunal administratif d'Amiens. Celui-ci doit dire dans les semaines qui viennent si la ferme avait le droit d'augmenter son cheptel de 500 à plus de 800 vaches. Et la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal a demandé une nouvelle enquête publique.