Faits divers – Justice

Sorbiers : le compagnon violent mis en examen pour assassinat

Par Julien Corbière et Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 29 mars 2016 à 18:03

Gendarmerie - illustration
Gendarmerie - illustration © Radio France - photo Mohand Chibani

C'est visiblement plus qu'un drame familial qui s'est produit vendredi matin sur la commune de Sorbiers dans la Loire. L'homme de 30 ans aurait prémédité le meurtre de sa femme. Il ne supportait pas l'idée de la séparation.

On en sait un peu plus sur les circonstances de la mort d'une femme de 30 ans, à Sorbiers dans l'agglomération de Saint-Étienne vendredi dernier. La préméditation semble claire pour le procureur de la République de Saint-Étienne. Après son placement en garde à vue suite à l'hôpital, le compagnon de la victime a été mis en examen pour assassinat. L'autopsie a démontré que la victime avait reçu pas moins de 66 coups de couteau.

Des éléments qui matérialisent la préméditation

Selon les premiers éléments, le suspect aurait attendu que sa compagne ait posé leur enfant chez la nourrice. Il aurait caché sa voiture pour qu'elle retourne sans crainte au domicile conjugal (elle était partie vivre chez des amis et avait besoin d'aller chercher quelques affaires). Et donc il l'aurait attendue, caché. Un véritable guet-apens. Autre élément : des messages ont été retrouvés dans la maison. Dix messages, numérotés de 1 à 10, écrits au marqueur sur les murs et sur le sol. Pour expliquer ce geste fou, pour dire son refus de la séparation.

Le Procureur de la République de Saint-Etienne JD Regnauld

La jeune femme a été tuée de 66 coups de couteaux, portés sur l'ensemble du corps. Deux couteaux ont été découverts cassés, par la violence des coups. Le suspect a été retrouvé en fin de matinée dans sa voiture accidentée, toujours à Sorbiers. Du sang de sa compagne sur les mains. Il avait ingéré de l'alcool et une forte dose de médicaments.

L'enfant du couple, âgé de 18 mois, a été confié à l'aide sociale à l'enfance.