Faits divers – Justice

Sordide affaire à l'hôpital de Roanne : un médecin mis en examen pour viols

Par Julien Corbière, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 24 mars 2016 à 19:41

Le centre hospitalier de Roanne
Le centre hospitalier de Roanne © Radio France - Léo Tescher

Un médecin de l'hôpital de Roanne vient d'être mis en examen pour des faits de viols. Pendant plusieurs années, il les aurait commis sur une femme handicapée. Il aurait lui-même pratiqué des avortements sur la victime.

Un médecin de l'hôpital de Roanne, dans la Loire, a été mis en examen pour des viols répétés commis de 2008 à 2015 sur une employée handicapée mentale, femme de ménage dans l'établissement. Le parquet de Saint-Étienne a confirmé l'information et précise que le médecin est poursuivi pour des viols aggravés sur personne vulnérable, menaces de mort, vol et falsification.

Il aurait lui-même pratiqué des avortements

Le suspect est âgé d'une quarantaine d'années. Il est marié et père de famille. Les viols se seraient déroulés dans l'établissement. Un enfant serait issu de ces relations  et le médecin aurait aussi pratiqué deux avortements sur la victime. Il n'est pas gynécologue-obstétricien. Le médecin, qui exerçait en libéral dans l'établissement, aurait aussi volé le dossier médical de la victime, en février 2015, effaçant les mentions relatives à ces avortements.

Dans un communiqué, la direction du centre hospitalier de Roanne annonce sa décision de se porter partie civile dans cette affaire. L'établissement précise aussi que "contrairement à ce qui a pu être affirmé, la victime présumée n’est pas et n’a jamais été un agent du centre hospitalier". Le médecin a été placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction d'exercer la médecine, de se rendre dans l’établissement, d’entrer en contact avec le personnel de l'hôpital ainsi qu'avec sa victime. Les suspicions de membres du personnel ont conduit le chef de service du médecin en cause à saisir le parquet le Procureur de la République de Roanne. Les faits de viols étant de nature criminelle, c'est le Procureur de Saint-Étienne qui a récupéré le dossier et a donc saisi un juge d'instruction.