Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Soupçons de bizutage à la fac de Caen : la "Corpo Médecine" se défend

jeudi 2 novembre 2017 à 11:50 - Mis à jour le jeudi 2 novembre 2017 à 12:01 Par La rédaction, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

Huit jours après l'ouverture d'une enquête sur une affaire de bizutage à la faculté de médecine de Caen, l'association des étudiants réagit cette semaine dans un communiqué. La "Corpo Médecine" de Caen condamne toute forme de violence.

La faculté de médecine de Caen
La faculté de médecine de Caen © Maxppp - Stéphane Geufroi

Caen, France

Après l'ouverture d'une enquête et l'interdiction des week-ends d'intégration à la fac de Caen, soupçonnée de bizutage, l'association des étudiants en médecine, "Corpo Médecine", réagit dans un communiqué cette semaine (voir ci-dessous). Il s'agit pour l'association de faire entendre sa voix alors qu'elle est "médiatiquement mise en cause". Elle "n'entend pas polémiquer par voie de presse sur d'éventuelles contreverités."

Cette mise en cause, serait-on tenté de rajouter, vient en premier lieu par deux étudiantes qui ont porté l'affaire devant Sud Education. Le syndicat avait dénoncé des dérapages lors d'un week-end d'intégration l'an dernier. Des photos et vidéos à caractère sexuel ont notamment été retrouvés.

Dans ce communiqué, la Corpo précise qu'elle "condamne avec la plus grande fermeté toute forme de violence, qu'elle soit physique, morale ou sexuelle" et qu'elle "apportera son concours à la justice pour la manifestation de la vérité." L'association qui rappelle que "l'organisation d’événements festifs ne représente qu'une "minime partie" de ses missions. Mais c'est bien celle-ci qui aujourd'hui pose problème.