Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Soupçonné du meurtre de son ex-compagne, un Sarthois de 70 ans est placé en détention provisoire

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Un homme de 70 ans a été mis en examen et placé derrière les barreaux pour "meurtre sur conjoint", suite à la découverte du corps sans vie de son ex-compagne à leur domicile de Ruaudin, samedi 19 octobre.

Les gendarmes ont constaté le décès de la victime à cinq heures du matin, samedi 19 octobre. (photo d'illustration)
Les gendarmes ont constaté le décès de la victime à cinq heures du matin, samedi 19 octobre. (photo d'illustration) © Maxppp - Lionel VADAM

Ruaudin, France

Ce serait le 123e féminicide depuis le début de l'année. Un homme de 70 ans a été mis en examen et écroué provisoirement pour "meurtre sur conjoint", ce lundi. Le corps sans vie de son ex-compagne a été découvert par les gendarmes dans la maison de Ruaudin, où ils habitaient encore ensemble, à cinq heures du matin, samedi 19 octobre.

Ce sont les multiples traces de coup sur le corps de la victime qui ont alerté les gendarmes. Son ex-conjoint a été immédiatement placé en garde à vue. L'autopsie de la septuagénaire a montré la présence de "très nombreuses ecchymoses et fractures", selon le Parquet du Mans, en charge de l'enquête. Les résultats de l'autopsie ne permettent pas de déterminer avec certitude la cause de la mort. La Justice a demandé des examens complémentaires.

"Un contexte de violences conjugales"

Le mis en cause a admis avoir été l'auteur de "violences minimes", mais il nie être responsable du décès de son ex-conjointe. Le couple avait divorcé il y a quelques mois, mais continuait à vivre ensemble. Leur maison se trouvait dans les bois, un peu excentrée de Ruaudin.

La victime n'avait jamais porté plainte contre son ex-mari, ni effectué de signalement aux forces de l'ordre. Cependant, l'enquête révèle "un contexte de violences conjugales", selon le Parquet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu