Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Soupçonnée d'abus de confiance, Michèle Alliot-Marie se défend

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Selon Le Parisien/Aujourd'hui en France daté de vendredi, l'ancienne ministre de la Défense est visée, avec son père, par une information judiciaire pour abus de confiance à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques). Elle a démenti ces accusations au micro de France Bleu Pays Basque.

Le tribunal de Nanterre soupçonnent MAM et son père d'avoir blanchi de l'argent.
Le tribunal de Nanterre soupçonnent MAM et son père d'avoir blanchi de l'argent. © Maxppp - Franz Chavaroche

Alors que Le Parisien/Aujourd'hui en France a révélé vendredi que Michèle Alliot-Marie et son père Bernard Marie étaient soupçonnés d'avoir détourné des fonds d'associations liées à l'Office de tourisme de Saint-Jean-de-Luz au profit de leur Hôtel de Chantaco, l'ancienne ministre de la Défense a assuré ne pas être au courant de l'enquête judiciaire ouverte par tribunal de Nanterre le 13 juin dernier pour "abus de confiance au préjudice de plusieurs associations locales ".

D'après le quotidien, trois juges financiers de Nanterre vont donc enquêter sur des mouvements de fonds suspects, qui concerneraient selon la cellule de lutte contre le blanchiment d'argent Tracfin des sommes d'environ 200.000 euros. Contactée par France Bleu Pays Basque, Michèle Alliot-Marie affirme n'avoir "connaissance de rien ".

"Cette enquête ne débouchera sur rien "

Pour celle qui a été successivement ministre de la Défense, de l'Intérieur, de la Justice et des Affaires étrangères sous les présidences de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, ces accusations sont liées à son retour sur la scène publique.

Battue lors des dernières élections législatives en 2012, la première adjointe au maire de Saint-Jean-de-Luz n'excluait pas un retour en politique, et aurait été sollicitée par l'UMP pour être tête de liste aux européennes. "Je suis revenue un peu plus sur le début de la scène, apparemment ça doit en gêner certains ", a-t-elle déclaré vendredi.

Michèle Alliot-Marie soupçonnée d'abus de confiance : "Je n'ai connaissance de rien"

Pour le moment, ces proches sont également sereins : "Connaissant l'honnêteté de Michèle Alliot-Marie, cette enquête ne débouchera sur rien ", a expliqué au Parisien Florimont Olive, neveu et porte-parole de l'ancienne ministre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess