Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Faits divers – Justice

Soupçonnés d'avoir imaginé le handicap de leur fille, des parents jugés au Mans

-
Par , France Bleu Maine

Depuis des années, une petite Sarthoise de 4 ans et demi subit un lourd suivi médical et de nombreux traitements. Les parents le justifient par des syndromes qui ne sont pourtant pas constatés par les médecins. Le tribunal correctionnel du Mans demande de nouvelles expertises.

Le palais de justice du Mans
Le palais de justice du Mans © Radio France - Ruddy Guilmin

C’est un signalement de l’hôpital du Mans qui a déclenché la procédure judiciaire à l’encontre des parents de Laure (le prénom a été modifié, NDLR). Ce lundi, ils étaient convoqués devant le tribunal correctionnel, pour "soustraction d’un parent à ses obligations légales compromettant la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de son enfant" ; des faits qui se seraient déroulés de mai 2013 à mai 2017, près du Mans.

De lourds traitements depuis la naissance

Épilepsie, trouble de la mobilité, de la vision, difficultés de déglutition... lorsque le juge évoque ces syndromes, la mère de la petite Laure hoche la tête. Depuis ses premiers jours, les parents sont persuadés que leur fille est handicapée et lui donne de nombreux traitements.

A 4 ans et demi, Laure est maintenue dans une poussette et porte des chaussures orthopédiques lourdes, elle a encore des couches. Pourtant, l'école de la petite fille affirme qu'elle se rend aux toilettes sans problème. Encore plus étonnant : depuis son placement en mai dernier, Laure marche sans souci et semble très bien se porter

En fait, la plupart des symptômes évoqués par les parents ne sont pas constatés par les médecins. Le couple, lui, dénonce une erreur de diagnostic et assure qu’un laboratoire aurait trouvé chez Laure une mutation génétique pas encore reconnue aujourd'hui. 

Le tribunal demande de nouvelles expertises

Le père s’agace quand le juge cite les experts qui évoquent un syndrome de Münchausen par procuration : la maladie de Laure n’existerait que dans l'imagination de sa mère, ce serait pour cette dernière un moyen d’attirer l’attention. 

A la fin de l'audience, la mère se met à pleurer, elle affirme au juge : "Nous avons toujours suivi l'avis des médecins, on n'a fait que ce qu'ils nous ont demandé". "On n'a jamais donné de médicaments non prescrits", ajoute le père. Difficile de s'y retrouver entre la version des parents et les dizaines d'avis médicaux. L'affaire est finalement renvoyée au 19 mars, le temps que de nouveaux experts étudient le cas de la petite Laure, et celui de ses parents.