Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Soupçonnés d'avoir profané un sanctuaire et de graves dégradations à l'ITEP de Domois, quatre mineurs en garde à vue

mardi 8 mai 2018 à 17:23 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Un déchaînement de violence voilà ce que décrit le père Claude-Marie Millet, recteur du sanctuaire de Domois à propos des dégradations commises dans le sanctuaire. Ce dimanche, c'est en tentant de récidiver dans les locaux de l'ITEP que 4 jeunes ont été arrêtés par les gendarmes de Côte-d'Or.

L'ITEP de Domois ce mardi 8 mai 2018
L'ITEP de Domois ce mardi 8 mai 2018 © Radio France - Thomas Nougaillon

Domois, Fénay, France

Quatre jeunes -tous mineurs et originaires de Côte-d'Or- viennent de passer 48h en garde à vue auprès de la gendarmerie ce lundi et ce mardi. Ils pourraient être les auteurs, début avril, de la profanation du sanctuaire de la chapelle Notre-Dame de Domois et, toujours au mois d'avril, d'une série de dégradations et de vols commis au sein de l'Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique de Domois -hameau de Fénay- au Sud de Dijon. 

Le sanctuaire dévasté se trouve à l'intérieur de l'ITEP. L'ITEP qui est un ancien orphelinat géré à l'époque par des religieux - Radio France
Le sanctuaire dévasté se trouve à l'intérieur de l'ITEP. L'ITEP qui est un ancien orphelinat géré à l'époque par des religieux © Radio France - Thomas Nougaillon

Les auteurs seraient des anciens de l'ITEP

L'ITEP, est une structure médico-sociale, qui héberge plusieurs dizaines de jeunes enfants en très grandes difficultés.  C'est en tentant de récidiver ce dimanche qu'ils se sont fait attraper explique Éric Mathais, Procureur de la République de Dijon. "Il y a eu de nouveau des dégradations, heureusement des personnes se étaient présentes pour une cérémonie religieuse dans l'église. Elles ont pu immédiatement donner l'alerte." Les gendarmes étant mobilisés depuis plusieurs jours suite à ce remue-ménage, ils ont été très réactifs c'est ainsi qu'ils ont réussis à rattraper ces quatre mineurs qui ont tenté de s'échapper à travers bois. "Pour un certains nombre d'entre eux -poursuit Éric Mathais- ils avaient été à l'ITEP mais n'y sont plus actuellement scolarisés".   

Éric Mathais

Eric Mathais est le procureur de la République de Dijon depuis le mois de septembre 2017  - Radio France
Eric Mathais est le procureur de la République de Dijon depuis le mois de septembre 2017 © Radio France - DR

Des marteaux et des haches pour casser le sanctuaire

C'est peut-être au sein du sanctuaire que ces jeunes gens se sont le plus défoulés. Le père Claude-Marie Millet, recteur du sanctuaire de Domois parle de l'extrême violence des actes commis début avril dans le sanctuaire. "On a découvert le soir du 2 avril que le sanctuaire avait été vandalisé et surtout pour nous que le Saint-Sacrement était profané. Ils ont commis à coups de haches et de marteaux d'importantes dégradations: ils ont massacrés des portes, détruit le tabernacle, répandus le Saint-Sacrement partout en le piétinant". 

Claude-Marie Millet, recteur du sanctuaire de Domois

Claude-Marie Millet, recteur du sanctuaire de Domois - Radio France
Claude-Marie Millet, recteur du sanctuaire de Domois © Radio France - Thomas Nougaillon
Vue de l'intérieur du sanctuaire de Domois - Radio France
Vue de l'intérieur du sanctuaire de Domois © Radio France - Thomas Nougaillon

A l'ITEP, ils ont cassé des portes, vidé des extincteurs et volé du matériel informatique 

Le montant des dégâts à l'ITEP pourrait être très élevé, sans doute plusieurs dizaines de milliers d'euros, Éric Mathais, Procureur de la République de Dijon.  "Je ne peux pas, en l'état donner d'estimations, mais il y a eu quatre séries de dégradations qui sont des dégradations un peu gratuites. Il s'agit d'utilisation d'extincteurs, de casser du matériel et il y a eu également quelques vols soit de denrées, soit de matériels photographique ou informatiques". 

Éric Mathais

A l'ITEP ce mardi 8 mai, des artisans avaient été appelés à la rescousse pour remettre le site sur pied - Radio France
A l'ITEP ce mardi 8 mai, des artisans avaient été appelés à la rescousse pour remettre le site sur pied © Radio France - Thomas Nougaillon

L'enquête se poursuit, d'autres interpellations à venir

Mais l'enquête se poursuit. "Il s'agit de savoir qui a fait quoi mais je ne suis pas sûr qu'à la fin de l'enquête on sera en mesure de dire que tout les faits commis l'ont été par les personnes en garde à vue". A demi-mots Éric Mathais évoque la possibilité que d'autres interpellations puissent suivre dans les jours qui viennent. D'ailleurs les enquêteurs ont établis un lien possible avec "trois autres séries de faits commis depuis début avril" dans la région de Fénay. Pour ces délits les 4 jeunes encourent "une sanction pénale et éducative" selon le Procureur de la République. L'émotion a été très forte auprès des habitants de Domois, car même si la Chapelle et le site de l'ITEP, sont un peu à l'écart des habitations. Cet endroit est le cadre, depuis 1880, d'un grand pèlerinage. Ce dimanche, jour des interpellations, 250 personnes étaient ainsi présentes à la traditionnelle procession.