Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Soupçonnés de fraudes sur des contrôles sanitaires, des vétérinaires du Sud Manche fixés sur leur sort ce mercredi

mercredi 6 décembre 2017 à 7:08 Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin et France Bleu

Le tribunal correctionnel de Coutances rend son délibéré ce mercredi 6 décembre 2017 dans l'affaire de fraudes sur des contrôles sanitaires sur des bovins dans le Sud Manche. Quatre vétérinaires et deux éleveurs sont mis en cause.

La pratique de la "vache fontaine " au cœur de l'affaire
La pratique de la "vache fontaine " au cœur de l'affaire © Maxppp - Thierry GACHON/PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

Coutances, France

Le 4 octobre dernier, des peines allant de 3 à 6 mois de prison avec sursis avaient été requis à l'encontre de quatre vétérinaires et deux éleveurs, négociants en bestiaux.Les éleveurs sont poursuivis pour tromperie et les vétérinaires pour faux et usage de faux sur les certificats sanitaires de plusieurs dizaines d'animaux.

Les faits remontent à 2014-2015 : c'est la plainte d'un éleveur qui a révélé l'affaire. Plusieurs de ses animaux avaient développé une maladie respiratoire alors qu'ils avaient été déclarés sains. L'éleveur n'a évidemment pas pu vendre ses bovins et dénonce le discrédit jeté sur toute la filière.

Pratique de la "vache fontaine"

En cause : la pratique de la "vache fontaine". Il s'agit du fait de prélever un échantillon de sang sur un seul bovin, de remplir dix ou vingt tubes et de les envoyer au laboratoire d'analyse sous l'identité de plusieurs animaux.

Cas isolé ou pratique courante ?

Ce qui pose des questions des risques sanitaires avait souligné lors de l'audience le ministère public alors que ces contrôles doivent normalement assurer que les animaux sont indemnes de certaines maladies. Des tests qui servent notamment à détecter la tuberculose C'est aussi la confiance dans les vétérinaires qui est en jeu regrette l'ordre des vétérinaires qui s'est porté partie civile.

Pour les avocats de la défense, il ne s'agit pas d'une affaire de grande ampleur. Une soixantaine de cas au total sur des dizaines de milliers de bovins contrôles. Alors cas isolé ou pratique courante ? Lors de l'audience en octobre, la plupart des prévenus avaient préféré garder le silence