Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Soupçons d'emplois fictifs du FN à la région Nord-Pas-de-Calais : la justice classe l'enquête sans suite

mercredi 28 novembre 2018 à 13:36 Par Eric Turpin, France Bleu et France Bleu Nord

Près de trois ans après l'ouverture d'une enquête préliminaire sur des soupçons d'emplois fictifs au sein du groupe FN au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, le parquet de Lille annonce ce mercredi son classement sans suite. La justice estime les charges insuffisantes.

David Rachline, maire de Fréjus dans le Var
David Rachline, maire de Fréjus dans le Var © Maxppp - Philipe Arnassan

Près de trois ans après l'ouverture d'une enquête préliminaire sur des soupçons d'emplois fictifs au sein du groupe FN au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, la justice annonce ce mercredi son classement sans suite. 

Le parquet de Lille estime que l'enquête n'a pas mis en évidence des charges suffisantes pour envisager des poursuites judiciaires à l'encontre de David Rachline, actuel maire de Fréjus et proche de Marine Le Pen, et de deux autres collaborateurs du groupe FN au conseil régional au moment de l'élection présidentielle de 2012.  

Révélations du Canard enchaîné

C'est le Canard enchaîné qui avait révélé dans son édition du mercredi 5 avril 2017 l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Lille. Une enquête qui portait sur la période 2010-2015.  

Marine Le Pen présidait alors le groupe Front national qui comptait 18 élus. Selon l'hebdomadaire satirique, elle était soupçonné d'avoir préparé la campagne présidentielle de 2012 utilisé les moyens financiers et humains du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. 

Dans la ligne de mire de la justice, David Rachline qui avait été, selon le Canard enchaîné, salarié au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais alors qu'il était conseiller régional en Provence Alpes côte d'Azur, auprès de Jean-Marie Le Pen. 

"Manipulation politique"

Dénonçant "une manipulation politique", le Front National avait alors affirmé que David Rachline avait "été embauché sur une courte période fin 2010" et que "des vidéos" attestaient de "sa participation aux séances plénières du Conseil régional", à Lille.

L'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Lille en janvier 2016 à la suite de l'envoi d'une lettre anonyme a été classée sans suite le 17 juillet dernier.