Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Soupçons de fraude électorale à Gidy

samedi 22 juillet 2017 à 6:00 Par Eric Normand et Christophe Dupuy, France Bleu Orléans

Une enquête est ouverte après des soupçons de fraude électorale à Gidy. Des irrégularités ont été constatées au moment du dépouillement lors du premier tour de l'élection présidentielle. Il s'agirait de fausses signatures sur la liste d'émargement. Pour le maire, ce ne sont que des rumeurs.

Y-a-til vraiment une fraude électorale à Gidy? Une enquête est ouverte.
Y-a-til vraiment une fraude électorale à Gidy? Une enquête est ouverte. © Maxppp - Lionel VADAM

Gidy, France

Le préfet du Loiret a confirmé qu'il avait saisi le procureur de la république comme le lui oblige l'article 40 du code de procédure pénale lorsqu'il s'agit d'un délit. Les irrégularités qui lui ont été décrites ont été jugées suffisamment graves.

Des fausses signatures sur la liste d'émargement

Selon le témoin qui a raconté l'affaire à la préfecture, cela concerne des fausses signatures, au moins une dizaine sur la liste d’émargement lors de l'élection présidentielle. Autrement dit, il y aurait eu dans l'urne plus de bulletins que de votants. Ces fausses signatures avaient pour but de faire correspondre le nombre de bulletins dépouillés au nombre de votants. Elles correspondraient donc à des électeurs qui ne sont pas déplacés pour voter. Cela reviendrait en quelque sorte à faire voter des absents. Le maire Benoît Perdereau que nous avons joint "ne comprend pas". Pour lui, "tout va bien, il n'y a pas eu d'irrégularités." Il parle de rumeur.

Selon l'article 92 du code électoral, quiconque aura substitué ou imité volontairement une signature sur la liste d'émargement sera puni d'un emprisonnement de six mois à deux ans, et d'une amende de 15 000 euros.