Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Soupçons de fraude fiscale : garde à vue prolongée pour le député Thierry Solère (LREM)

mardi 17 juillet 2018 à 10:11 - Mis à jour le mercredi 18 juillet 2018 à 10:28 Par Viviane Le Guen, France Bleu Paris et France Bleu

Le député LREM des Hauts-de-Seine Thierry Solère a vu sa garde à vue prolongée ce mercredi à la PJ de Nanterre (Hauts-de-Seine) dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de fraude fiscale. Le bureau de l'Assemblée nationale avait levé son immunité parlementaire la semaine dernière.

Le député LREM des Hauts-de- Seine Thierry Solère a été placé en garde à vue mardi 17 juillet pour des soupçons de fraude fiscale.
Le député LREM des Hauts-de- Seine Thierry Solère a été placé en garde à vue mardi 17 juillet pour des soupçons de fraude fiscale. © AFP - Thomas SAMSON

La garde à vue du député LREM des Hauts-de-Seine Thierry Solère a été prolongée mercredi à la PJ de Nanterre (Hauts-de-Seine) dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de fraude fiscale, selon franceinfo. Il est entendu depuis mardi matin, a indiqué à l'AFP le parquet de Nanterre, confirmant une information du Monde, dans le cadre d'une enquête préliminaire menée par l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

Immunité parlementaire levée depuis le 11 juillet

Thierry Solère fait l'objet depuis 2016 d'une enquête préliminaire après une plainte déposée par Bercy à la suite d'informations parues dans Mediapart.

Il est soupçonné d’avoir favorisé les entreprises dans lesquelles il travaillait. Les enquêteurs le soupçonnent également de trafic d'influence, corruption, abus de biens sociaux, financement illicite de dépenses électorales et manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Mercredi 11 juillet, la plus haute instance collégiale du Palais Bourbon, le bureau de l'Assemblée nationale, avait décidé "à l'unanimité" de lever son immunité parlementaire pour qu'il puisse être entendu par la justice.

  - Visactu
© Visactu