Infos

Soupçons de matches truqués : Le Stade Malherbe de Caen épargné, Nîmes rétrogradé

Par Jean-Pierre Blimo, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin mardi 17 mars 2015 à 21:00

La commission de discipline a tranché après deux jours d'auditions. Aucun reproche n'est formulé au président Jean-François Fortin concernant un éventuel arrangement entre les clubs de Caen et de Nîmes le 13 mai dernier lors d'un match décisif de Ligue 2. Aucune sanction n'a été prise à l'encontre du club caennais, aucun point retiré. Sanction légère pour Pilou Mokkedel.

 

 

Soupçons de matches truqués : Le Stade Malherbe de Caen épargné, Nîmes rétrogradé

La commission de discipline de la LFP a tranché après deux jours d'auditions. Aucun reproche n'est formulé au président Jean-François Fortin concernant un éventuel arrangement entre les clubs de Caen et de Nîmes le 13 mai dernier lors d'un match décisif de Ligue 2. Aucune sanction n'a été prise à l'encontre du club caennais, aucun point ne sera retiré. Sanction légère pour Pilou Mokkedel.

 

Aucune charge n'a donc été retenue contre le Stade Malherbe de Caen et son président dans l'affaire Caen Nîmes, l’un des volets d’une vaste affaire de tentative de corruption pour fausser la fin de championnat de Ligue 2 enfin de saison dernière de la part de l’Olympique Nîmois.  

C'est le "verdict" de la commission de discipline de la Ligue professionnelle de football après deux jours d'auditions, qui se sont déroulées dans un hôtel du 16e arrondissement de Paris. Pas de sanction contre Jean-François Fortin, le président Malherbiste, pas de sanction non plus pour le club en lui même, c'est à dire pas de retrait de point la saison prochaine, comme on pouvait le craindre.

Seule une sanction légère est tombée pour Pilou (Kaddour) Mokkedel, le directeur de la sécurité et de la communication, également impliqué dans cette affaire, avec une interdiction d'exercer pendant deux mois.

Côté Nîmois, c'est beaucoup plus lourd. La commission inflige une rétrogradation du club dans la division inférieure à la fin de la saison, c'est-à-dire une division inférieure à celle pour laquelle le club du Gard sera qualifié à l’issue de cette saison. Les dirigeants de l’époque se voient également infliger de lourdes sanctions par la commission de discipline, qui statuait d’un point de vue sportif au regard de l’éthique et de la morale dans le domaine du football, et pour le respect des règlements.

Sébastien Deneux, le président de la commission de discipline a notamment clairement indiqué qu'aucune charge ne pouvait être retenue contre le président caennais.

Parmi les supporters caennais, c'est le soulagement, et même une sorte de réhabilitation pour le club et son entourage, explique le président du MNK Christophe Vaucelles, porte parole du principal club de supporters.

Rappelons que l'affaire se poursuit tout de même devant la justice pénale, car Jean-François Fortin et Pilou Mokkedel restent mis en examen dans le volet judiciaire de l'affaire pour corruption active. Selon nos informations, le président caennais aurait l’intension de demander aux juges une levée de l’interdiction d’exercer son mandat de président ( interdiction actuellement toujours valable ) au regard des décisions de la commission de discipline de la LFP.  

 

Partager sur :