Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Bernard Preynat

Soupçons de pédophilie : "Le cardinal Barbarin nous a menti à tous" (La Parole Libérée)

jeudi 11 février 2016 à 18:03 Par Julien Corbière, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le président de la Parole Libérée, association de défense des victimes du prêtre présumé pédophile Bernard Preynat, réagit à l'interview donnée par le cardinal dans La Croix. François Devaux accuse l'archevêque de mensonge, annonce son intention de porter plainte contre lui et demande sa démission.

Le cardinal-archevêque de Lyon Philippe Barbarin
Le cardinal-archevêque de Lyon Philippe Barbarin © Maxppp

Dans une interview publiée jeudi par le journal La Croix, le cardinal Barbarin dit être au courant depuis 2007-2008 des comportements d'un prêtre soupçonné de pédophilie Bernard Preynat. Jusqu'à présent, l'archevêque disait n'avoir reçu les premiers témoignages qu'en 2014. Le prêtre a exercé vingt-quatre ans dans le Roannais. Deux semaines après la mise en examen du père Preynat pour viol et agressions sexuelles sur de jeunes scouts, cette déclaration sème le trouble chez les membres de l'association de défense des victimes, La Parole Libérée. Elle provoque même la colère de son Président, François Devaux, qui va porter plainte contre le primat des Gaules et qui demande sa démission.

France Bleu Saint-Étienne Loire : Comment réagissez-vous à ces déclarations du cardinal Barbarin ?

François Devaux : "Cela me confirme qu'on a affaire à des gens qui sont complètement irresponsables. Le cardinal Barbarin nous a menti à tous. Il était au courant depuis l'été 2014 et soudainement on apprend qu'il était au courant depuis 2007-2008. Le cardinal Barbarin nous dit dans son communiqué de presse qu'il a retiré son ministère au père Preynat au 18 mai 2015 alors qu'il a officié jusqu'à fin août 2015. Il aurait donc laissé un homme à caractère pédophile au contact d'enfants, il l'a nommé doyen en 2013 et responsable de donner des cours de catéchisme à des petits enfants. Ils nous dit à la fin de son article de presse que sa seule préoccupation était qu'aucun mal ne soit plus jamais commis. Comment a-t-il pu répondre factuellement à cette seule préoccupation ?"

FBSEL : Vous parlez de mensonge à propos d'un cardinal, l'accusation est grave...

FD : "Ces mensonges, ce n'est pas moi qui les ai inventés. Excusez-moi mais cet homme là a laissé un homme qu'il savait pédophile (...) au contact d'enfants. Donc, gravité, moralité, on peut en parler si vous voulez (...) Je crois que cet homme là est irresponsable et qu'il faut qu'il quitte rapidement ses fonctions et que quelqu'un de compétent vienne le remplacer assez rapidement. Il ne prend pas la mesure des choses."

FBSEL : Faut-il selon vous que la justice entende le cardinal Barbarin ?

FD : "Bien sûr. Je n'ai pas créé une association pour dénoncer un pédophile. La justice est là pour faire ça. Moi j'ai créé cette association parce qu'on se confronte à un diocèse qui, vraisemblablement, a des pratiques complètement irresponsables. Même Régine Maire le dit (ndlr : déléguée par le diocèse de Lyon à l'écoute des victimes), à l'époque le cardinal a fait ce que le Vatican lui demandait, on déplaçait les prêtres et on protégeait les institutions. Mais eux, qu'ont-ils fait ? Barbarin ? Régine Maire ? Et peut-être plus loin ? On va voir jusqu'où va la transparence du cardinal."

FBSEL : Il ne vous a pas convaincu du tout ?

FD : "Il faut qu'il aille jusqu'au bout de sa transparence. Qu'il aille au bout et moi je répondrai au message téléphonique qu'il m'a laissé hier. Je le laisserai enfin tranquille. Quand on veut mettre le costume de l'homme transparent et sincère il faut aller jusqu'au bout."

FBSEL : Qu'est-ce-que ce message téléphonique ?

FD : "Hier (mercredi 10/02/16 NDLR), il m'a contacté en me disant qu'il voulait me rencontrer et me demander pardon. Je suis prêt à l'entendre mais il faut aller au bout des choses (...). C'est important pour le pays, pour la nation. Pour protéger nos enfants, on a besoin de savoir quelles sont les pratiques de l'Église et du Vatican par-rapport à ces phénomènes de pédophilie à répétition et ces prêtres qu'on déplace et qu'on replace sans arrêt. C'est pas un cas isolé. On peut parler de l'affaire Pican et de toutes les affaires qu'il y a dans le monde entier. Aucune institution ne fait ça."

Ecoutez l'interview complète de François Devaux

Le Père Preynat, 70 ans, est sous contrôle judiciaire depuis le 27 janvier et mis en examen pour agressions sexuelles sur quatre mineurs de 15 ans par personne ayant autorité et pour viols sur trois autres victimes qui ne sont pas encore identifiées. Lors de son audition, il aurait en fait reconnu avoir imposé des fellations. Les faits se seraient produits de 1986 à 1991, au sein du groupe de scouts qu'il a encadré du début des années 1970 à 1991 à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), dans la banlieue ouest de Lyon.

Lire aussi : Notre dossier sur "l'affaire Bernard Preynat"