Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Stèle nazie à Volmunster : un Allemand condamné à neuf mois de prison ferme

Un Allemand a été condamné lundi à Sarreguemines à 18 mois de prison, dont neuf avec sursis, pour avoir érigé en 2017 une stèle à la gloire de soldats nazis sur son terrain de Volmunster (Moselle).

La stèle a été découverte début 2018 sur un terrain privé de Volmunster, dans le pays de Bitche
La stèle a été découverte début 2018 sur un terrain privé de Volmunster, dans le pays de Bitche © Maxppp - René Cezard

Le tribunal correctionnel de Sarreguemines a condamné lundi à 18 mois de prison dont neuf avec sursis, un Allemand de 36 ans, pour "apologie de crime de guerre" et "apologie de crime contre l'Humanité". Cet homme avait, en 2017, érigé une stèle à la gloire d'une division de soldats nazis, sur son terrain situé à Volmunster.

Un signal extrêmement fort

Le tribunal a suivi pour sa condamnation, les réquisitions du procureur, Jean-Luc Jaeg, lors du procès le 24 février, qui voulait "envoyer un signal extrêmement fort". Le prévenu n'avait pas souhaité s'exprimer lors de l'audience. Mais pendant l'enquête, il avait avoué avoir érigé cette stèle pour rendre hommage à un ami,  soldat de la 17e SS Panzergrenadier Division. Une unité de cette division nazie est suspectée d'avoir perpétré le massacre de 124 habitants du village de Maillé (Indre-et-Loire) le 25 août 1944. 

Selon le procureur de la République de Sarreguemines Jean-Luc Jaeg, cet individu, marié et père d'un enfant, est connu des services de renseignements allemands comme étant un militant néonazi, un militant d'extrême droite appartenant au groupuscule de suprémacistes blancs Hammerskins. "Cette stèle n'est pas arrivée là par hasard", avait ajouté le procureur lors du procès.

L'avocat de la défense va faire appel 

L'avocat de la défense, Me Martial Gagneux, indique ce mardi matin à France Bleu Lorraine Nord qu'il va bien faire appel de cette décision "si toutefois il y a un greffe ouvert pour les faire", et qu'il "s'étonne que ce jugement ait pu être rendu dans les circonstances actuelles", l'activité des tribunaux en France étant fortement impactée par le coronavirus, et les audiences fortement limitées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu