Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Stéphanie Jannin, partiellement blanchie par le tribunal correctionnel de Montpellier, redevient adjointe au maire

lundi 4 décembre 2017 à 16:25 Par Guillaume Roulland, France Bleu Hérault

Relaxée pour une affaire, condamnée pour l'autre : Stéphanie Jannin a été relaxée ce lundi par le tribunal correctionnel de Montpellier dans le dossier des logements sociaux Las Rebes, mais condamnée à 5.000 euros d'amende pour prise illégale d'intérêt dans celui de la maison de l'architecture.

Depuis sa mise en examen, Stéphanie Jannin a elle-même rendue sa délégation d'adjointe au maire chargée de l'urbanisme à Montpellier
Depuis sa mise en examen, Stéphanie Jannin a elle-même rendue sa délégation d'adjointe au maire chargée de l'urbanisme à Montpellier © Radio France - Maxppp

Montpellier, France

Stéphanie Jannin redevient dès ce lundi soir adjointe au maire de Montpellier, et vice-présidente de l'agglo. Mais elle sera désormais chargée de l'environnement. Le tribunal correctionnel de Montpellier vient de la relaxer dans le dossier des logements sociaux Las Rebes. En revanche l'élue montpellieraine est condamnée à 5.000 euros d'amende pour prise illégale d'intérêt dans celui de la maison de l'architecture.

Dans le premier dossier, la justice reprochait à Stéphanie Jannin d'avoir défendu un projet de logements sociaux dans le quartier de la Mosson porté par son ex-employeur. Elle a donc été reconnue non coupable dans cette affaire.

En revanche, l'élue est condamnée pour prise illégale d'intérêts et 5.000 euros d'amende pour avoir participé au vote d'une subvention pour une association présidée par son compagnon, la maison de l'architecture. Lors de l'audience, au mois de septembre, le parquet avait réclamé, pour les deux affaires, une peine trois fois plus importante, 15.000 euros d'amende.

Stéphanie Jannin était absente ce lundi du tribunal pour écouter le jugement prononcé à son encontre. Elle était en revanche présente, aux côtés de Philippe Saurel ce lundi soir en mairie, pour annoncer qu'elle redevenait adjointe au maire et vice-présidente de l'agglo. Elle aura désormais en charge l'environnement, la bio-diversité, les questions liées au climat et au développement durable.

"Il n'y a pas d'atteinte à la probité."

Pour l'avocat de Stéphanie Jannin, Maître Gilles Gauer, cette décision est une victoire judiciaire. "Elle est reconnue coupable pour une erreur de nature administrative et technique. Sa participation au vote ne changeait rien à la décision qui a été prise, puisque même l'opposition s'était prononcé pour. Il n'y a donc pas d'atteinte à la probité ou à l'intérêt général."

Stéphanie Jannin a fait part quant à elle de son soulagement. "Après plusieurs mois de calomnie intense, c'est un soulagement et une bonne chose" a t'elle déclaré lors de la conférence de presse organisée à la hâte par le maire de Montpellier, Philippe Saurel. "Quand la calomnie est là pendant des semaines et des semaines, il y a forcément une forme d'injustice" a t'elle conclut.

"Le premier conseiller municipal en exercice condamné depuis la libération !"

Des représentants de l'association "les enfants de la colline", qui s'était constituée partie civile dans les deux dossiers, étaient en revanche présents dans la salle d'audience pour prendre connaissance de la décision du tribunal correctionnel. Son porte-parole, Thierry Teulade, note pour sa part que "depuis la libération, c'est la première fois qu'à Montpellier, un conseiller municipal en exercice est condamné" . "Nous n'étions pas là pour obtenir la peau ou la fonction de Stéphanie Jannin. On voulait que la justice donne un éclairage sur cette affaire. Dont acte !"

Stéphanie Jannin et Philippe Saurel, ce lundi soir à l'hôtel de ville de Montpellier - Radio France
Stéphanie Jannin et Philippe Saurel, ce lundi soir à l'hôtel de ville de Montpellier © Radio France - Guillaume Roulland

Stéphanie Jannin salue la décision du tribunal correctionnel

Gilles Gauer, avocat de Stéphanie Jannin - Radio France
Gilles Gauer, avocat de Stéphanie Jannin © Radio France - Guillaume Roulland

La réaction de Gilles Gauer, l'avocat de la défense

Thierry Teulade, porte parole de l'association "les enfants de la colline" - Radio France
Thierry Teulade, porte parole de l'association "les enfants de la colline" © Radio France - Guillaume Roulland

La réaction de Thierry Teulade, porte-parole des "enfants de la colline"