Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Feux d'artifice sauvages à Strasbourg : des habitants excédés

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Confinement ou pas, les tirs de pétards, mortiers ou fusées sévissent à nouveau de manière intensive dans les quartiers de Strasbourg. Des artifices achetés a priori sur internet. Ils ne sont pas encore en vente ni en Alsace, ni en Allemagne.

Des feux d'artifice sauvages et quotidiens
Des feux d'artifice sauvages et quotidiens © Radio France - Benjamin Fontaine

Fred habite à côté de l'aérodrome du Polygone, à Strasbourg. De sa salle de bains, il filme régulièrement les feux d'artifice qui éclatent tous les soirs à 500 mètres de chez lui, du côté du quartier du Neuhof. Il raconte qu'il y en a en moyenne une douzaine par nuit, dès que le soleil se couche jusqu'au milieu de la nuit. Et ça dure depuis début octobre. "On est quand même assez loin", explique le jeune-homme, "mais les vitres tremblent, les maisons tremblent, les enfants hurlent, plus personne ne peut dormir".

La police impuissante

La police est assaillie de coups de fils de riverains mais avoue son impuissance. Emmanuel Georg, le secrétaire bas-rhinois du syndicat SGP Police FO met en avant un sous-effectif chronique d'une centaine de fonctionnaires à Strasbourg mais reconnait aussi que ce n'est pas évident d'aller interpeller quelqu'un qui tire des mortiers. 

"Quand on intervient il n'y a plus personne, on a affaire à des groupes très mobiles et si par chance on a une équipe de police qui arrive sur place, dès qu'on arrive au lieu de tirer en l'air ils nous visent sciemment, les effectifs ne peuvent pas intervenir non plus juste avec leur tenue, il faut mettre le casque, le bouclier, se protéger parce que c'est quand même des mortiers d'artifice qui peuvent occasionner de graves blessures, voire la mort".

D'octobre aux vacances de février

Fred, habitant du Neuhof ne comprend pas vraiment : "ça s'est passé l'an dernier, ça recommence cette année, ça part toujours du même endroit, donc si c'est tous les soirs c'est quand même très facile à localiser". L'an dernier ces feux d'artifices sauvages avaient duré jusqu'aux vacances de février

Choix de la station

À venir dansDanssecondess