Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Attentat de Strasbourg : le programme des commémorations du 11 décembre

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Des bougies aux fenêtres, une stèle en verre inaugurée, une cérémonie à la cathédrale de Strasbourg... Le programme de la commémoration de l'attaque sur le marché de Noël de Strasbourg qui se déroule mercredi 11 décembre, juste un an après l'attaque qui a fait cinq morts et dix blessés.

Un an après l'attentat de Strasbourg, une cérémonie de commémoration est prévue.
Un an après l'attentat de Strasbourg, une cérémonie de commémoration est prévue. © Maxppp - Marc Rollmann

Juste un an après l'attentat qui a endeuillé le marché de Noël le 11 décembre 2018, Strasbourg rend hommage aux victimes, à travers une cérémonie ce mercredi. 

Roland Ries, le maire de Strasbourg recevra les familles des victimes à 14h. À 15h, la stèle en hommage aux victimes sera dévoilée place de la République. Elle est en verre. Ces mêmes familles échangeront ensuite avec Christophe Castaner le ministre de l'Intérieur. Enfin de 17h à 20h, une cérémonie œcuménique d'hommage sera organisée à la cathédrale de Strasbourg.  

Les Strasbourgeois appelés à mettre des bougies à leurs fenêtres

Les cloches de la cathédrale et de toutes les églises de l'Eurométropole sonneront de 19h45 à 20h mercredi soir. La mairie demande aux Strasbourgeois de mettre des bougies à leurs fenêtres.

La cérémonie a été construite avec les victimes ont précisé Roland Ries, le maire de Strasbourg et Chantal Cutajar, adjointe au maire en charge de l'aide aux victimes. Ce sont elles qui ont choisi la cathédrale comme "lieu symbolique et universel". Les représentants des différents cultes prendront la parole, ainsi que certains proches de victimes.

Néanmoins, certains proches de disparus ont fait savoir publiquement qu'ils auraient préféré un lieu plus neutre, à l'image du frère de Kamal Naghchband, l'une des cinq victimes tuées par Cherif Chekatt.

Un message de paix et de résilience" - Martine Wintenberger, blessée lors de l'attentat de Strasbourg

Martine Wintenberger, l'une des victimes de l'attentat, était présente mercredi, pour expliquer la démarche : "Nous voulons donner un message de paix et de résilience, nous avons été extrêmement actifs dans la mise en place de cet hommage". 

Encore très affectée, et émue, Martine Wintenberger a précisé : "On a des séquelles, ça prendra du temps pour se reconstruire. Mais nous avons la chance d’être ici, en France et à Strasbourg. Notre pays est en avance pour nous aider et nous protéger. Je ne souhaite retenir de ce triste moment que la gentillesse, la bienveillance, l’amour de tous ceux qui sont intervenus au moment des faits. Les policiers, la cellule mise en place cité de la musique… Je les suis encore, j’en ai toujours besoin. On n’est pas seuls. La plupart des victimes sont comme moi. On est tous dans l’action et l’après".

Cinq morts et dix blessés : les victimes directes de l'attentat 

Les premiers tombés sous les balles du terroriste sont Antonio Megalizzi, journaliste italien de 28 ans, qui couvrait la session du Parlement européen et Barto Pedro Orent-Niedzielski, dit Bartek, 35 ans, figure de la scène associative strasbourgeoise, l’un des fondateurs du festival de BD Strasbulles. Ils sortaient d’une boulangerie rue des Orfèvres. Tous les deux travaillaient pour le réseau de radios Europhonica. Le Parlement européen leur a rendu hommage en février 2019, en baptisant de leur nom le studio radio n°1 du PE. 

Kamal Naghcahband, 45 ans, un Strasbourgeois d'origine afghane, a été frappé rue des Grandes arcades. Ce garagiste était venu passer la fin de journée au marché de Noël avec ses enfants. 

Pascal Verdenne, 61 ans, est mort quelques minutes plus tard devant la brasserie La Stub, rue du Saumon. Cet ancien salarié du Crédit agricole, qui venait de prendre sa retraite, attendait sa famille qui se trouvait encore dans l’établissement. Il est décédé dans les bras du personnel de l’établissement.

Rue des Moulins, dans le quartier de la Petite France, Cherif Chekatt a tué Anupong Suebsamarn, touriste thaïlandais de 45 ans, venu en France avec son épouse. 

Antonio Megalizzi, Bartek, Kamal Naghchband, Anupong Suebsamarn et Pascal Verdenne.
Antonio Megalizzi, Bartek, Kamal Naghchband, Anupong Suebsamarn et Pascal Verdenne. - Pierre Teyssot Maxppp / Pascal Koenig / DR famille / Facebook / O. Vogel

La préfecture du Bas-Rhin recense dix blessés, victimes de l'attentat du 11 décembre 2018 : six hommes et quatre femmes, dont l’âge va de 20 à 61 ans. La moitié résident à Strasbourg, les autres dans les départements du Haut-Rhin, de la Moselle, des Vosges, des Hauts-de-Seine et Paris.

Les noms de certains sont connus : eux ou leurs proches ont témoigné. D’autres restent anonymes. 

Dès le 12 décembre au matin, Christelle Lohro a témoigné de sa colère et de son soulagement : sa fille Jeanne, blessée au bras, tout près de la fromagerie familiale, rue des Orfèvres, était hors de danger. 

Une autre jeune fille, Lola, étudiante à Nancy, se promenait avec un ami dans la rue quand ils sont tombés sur le tireur. Atteinte d’une balle dans le dos, cette fille du trésorier d’un club de supporters du FC Metz a été grièvement blessée. 

Devant les Savons d’Hélène, un bar de la rue Sainte-Hélène, trois musiciens s’apprêtaient à donner un concert. Cherif Chekatt ouvre le feu sur l’un d’entre eux, Jérémy, un Vosgien de 28 ans, qui sera sérieusement blessé. Damien Myna, l’un des trois artistes tente de désarmer le terroriste. Il reçoit treize coups de couteau. Son acte de bravoure, qu’il raconte dans le magazine Or Norme, lui a valu de recevoir la Légion d’honneur des mains du président de la République. 

Le troisième musicien du groupe, un Strasbourgeois de 20 ans, a également été sérieusement blessé à coups de couteau.

Quelques instants plus tard, Cherif Chekatt a ouvert le feu sur des soldats de l’opération Sentinelle qui l’ont blessé. L’un des militaires a également été touché.

Parmi les blessés figurent également deux autres femmes, dont Martine Wintenberger, qui a participé à l'organisation des commémorations ; un peintre en bâtiment, gravement touché ; un étudiant originaire de Paris et un père de famille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu