Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Stupéfiants, outrage et rébellion : l'ado surnommé "la terreur de Limoges" refait parler de lui

-
Par France Bleu Limousin

Le jeune mineur surnommé "la terreur de Limoges" a été placé sous contrôle judiciaire ce lundi. L'adolescent ainsi que son frère, majeur, avaient été interpellés vendredi 10 juillet en possession de stupéfiants. Comme souvent, son interpellation s'est mal passée.

Le palais de justice de Limoges.
Le palais de justice de Limoges. - Photo Alexandre Chassignon - Radio France

Il a fait de son surnom, "la terreur de Limoges", sa carte de visite. Cet adolescent ultraviolent a refait parler de lui vendredi dernier. A la vue des policiers, ce jeune de 15 ans a tenté de se débarasser de cinq sachets de résine de cannabis soit 7,5 grammes, et son frère majeur,  d'un joint. Ce dernier était aussi en possession de 9,5 grammes d'herbe de cannabis.

Avec son frère, l'adolescent en vient aux mains avec les policiers

L'interpellation a dégénéré : quand les deux frères ont appris qu'ils allaient être placés en garde à vue, ils en sont venus aux mains avec les policiers à l'intérieur du commissariat. Une fois maîtrisés, les deux jeunes ont été déférés au parquet samedi 11 juillet.

Celui que l'on surnomme "la terreur de Limoges"**** a été placé sous contrôle judiciaire et convoqué devant le juge pour enfants. Quant à son frère aîné, il a été jugé ce lundi en comparution immédiate et a été condamné à quatre mois de prison ferme et six mois de sursis, avec maintien en détention. 

> A lire aussi : " Limoges : l'ado violent qui nargue (encore) la justice".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu