Infos

Démantèlement de plusieurs réseaux de machines à sous dans le sud-est de la France

Par Clémence Fulleda et France Bleu, France Bleu Provence et France Bleu vendredi 14 octobre 2016 à 20:50

Des machines à sous au casino
Des machines à sous au casino © Radio France

Une soixantaine de machines à sous a été saisie par la police en début de semaine dans le sud-est de la France. Neuf personnes ont été interpellées. Dont la fille d'une ancienne figure du banditisme, Daniel Merlini, assassiné en 2010.

C'est un vaste coup de filet dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Bouches-du-Rhône.

Plusieurs réseaux de machines à sous ont été démantelées en début de semaine dans le sud-est de la France, ont indiqué ce vendredi le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux et le directeur interrégional de la police judiciaire Eric Arella lors d'une conférence de presse.

65 machines à sous

65 machines à sous ainsi que 50.000 euros en liquide et cinq véhicules ont été saisis. Pas moins de 120 policiers ont été mobilisés pour cette opération. Les malfaiteurs tiraient des revenus importants de ces machines illégales, environ 20.000 euros par mois pour une douzaine de machines, selon le procureur.

Les services de police ont été alertés en 2015, lorsqu'un débitant de boisson indique être menacé de mort. On lui enjoignait de placer des machines à sous dans son établissement, ou de payer une importante somme d'argent, environ 30.000 euros. Les enquêteurs ont découvert que plusieurs débits de boisson étaient impliqués dans les environs de Manosque et Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), mais aussi dans les Bouches-du-Rhône.

La fille d'un ancien braqueur interpellée

Neuf personnes ont été interpellées. Elles ont toutes été mises en examen et cinq ont été placées en détention. Parmi elles figurent Aurélie Merlini, 31 ans, fille de l'ex-braqueur de la "Dream Team" Daniel Merlini abattu en 2010.

Régulièrement associée à des dossiers liés au banditisme, Aurélie Merlini avait été condamnée en avril 2016 à trois ans de prison pour association de malfaiteurs après la découverte d'une cache d'armes et d'explosifs dans l'Ain en 2012. Elle est soupçonné d'avoir opéré principalement dans les Alpes-de-Haute Provence.

Partager sur :