Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Suicide au Leclerc de Vandœuvre-lès-Nancy : une cagnotte pour Maxime, et des actions à venir

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Lorraine Nord

Après le suicide sur son lieu de travail d'un salarié du Leclerc de Vandœuvre-lès-Nancy, l'union départementale de Force ouvrière a mis en ligne une cagnotte ce dimanche 12 janvier, pour financer notamment les obsèques du jeune homme. Le syndicat promet des actions pour la semaine à venir.

Les militants de Force ouvrière, dont faisait partie Maxime, prévoient des actions
Les militants de Force ouvrière, dont faisait partie Maxime, prévoient des actions © Radio France - Manon Klein

Vandœuvre-lès-Nancy, France

Ils l'avaient promis dès l'annonce du suicide de Maxime, 34 ans, salarié et délégué syndical au Leclerc de Vandœuvre-lès-Nancy : les militants de Force ouvrière se mobilisent en mémoire de leur compagnon. Ce dernier a mis fin à ses jours par arme à feu sur son lieu de travail, ce samedi 11 janvier. Une cagnotte a été mise en ligne ce dimanche. Elle doit permettre la prise en charge des frais d'obsèques, mais aussi le financement d'éventuelles actions en justice, indique l'union départementale de FO en Meurthe-et-Moselle.

Des actions pour dénoncer les conditions de travail de Maxime

Le syndicat Force ouvrière en Meurthe-et-Moselle prévoit également des actions dans la semaine à venir, pour dénoncer les pressions managériales que Maxime leur aurait confié subir. Pour le moment, ces actions sont toujours en cours de réflexion, et le syndicat ne souhaite pas détailler ce qu'il prépare. Par ailleurs, FO a diffusé un appel au boycott sur les réseaux sociaux. 

La direction du Leclerc, elle, refuse toujours de s'exprimer auprès de France Bleu Sud Lorraine concernant les conditions de travail difficiles que Maxime a évoqué dans une lettre, retrouvée sur lui. Elle précise simplement ce dimanche que "Le Procureur de la République de Nancy a ouvert une enquête judiciaire. La direction du magasin mettra tous les moyens à sa disposition afin que les faits puissent être établis avec précision dans les meilleurs délais ».

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu