Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Suicide d'un détenu à la maison d'arrêt de Vesoul

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Un détenu de la maison d'arrêt de Vesoul s'est donné la mort ce vendredi matin. il s'agit d'un homme de 58 ans placé en détention provisoire la veille, dans l'attente de son jugement le 10 juillet pour conduite en état d'ivresse, dégradation, outrage et menaces de mort sur des policiers.

Illustration, maison d'arrêt Bayonne
Illustration, maison d'arrêt Bayonne © Radio France - Oihana Larzabal

Un détenu a été découvert pendu dans sa cellule ce vendredi matin à 6h à la maison d'arrêt de Vesoul.

Il s'agit d'un homme de 58 ans qui avait fait l'objet d'une comparution immédiate la veille devant le tribunal correctionnel de Vesoul pour dégradations, outrage et menaces de mort sur des policiers, ainsi que conduite en état d'ivresse. 

Il avait demandé un délai pour préparer sa défense et devait être jugé le 10 juillet.

Présenté comme fragile sur le plan psychologique à l'audience, ce détenu faisait l'objet d'une surveillance particulière. Les rondes de nuit qui sont de 4 par nuit ont été augmentées à 7 pour lui. 

Il a été découvert à 6h du matin, pendu avec des draps, la précédente ronde avait eu lieu à 2h40. Dans sa cellule on a retrouvé une lettre recto verso destinée à sa famille dans laquelle il explique sont intention de se donner la mort, une lettre datée de 2h56.

L'enquête devra déterminer si le dispositif spécial de surveillance à bien été respecté. Le surveillant, le chef de nuit et le directeur de la maison d'arrêt vont être entendus.

En temps normal, pour une détention provisoire, un détenu n'est jamais incarcéré seul, mais en raison du Covid, il avait été placé seul en cellule. L'administration pénitentiaire avait mis en place un système de rondes renforcées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess