Faits divers – Justice

Suicide des agriculteurs : "j'y ai pensé, j'en ai parlé à personne" raconte un éleveur béarnais

Par Axelle Labbé et Fanette Hourt, France Bleu Béarn vendredi 16 octobre 2015 à 17:36

La manifestation des agriculteurs le 3 septembre 2015 à Paris
La manifestation des agriculteurs le 3 septembre 2015 à Paris © Maxppp - Cedric Bufkens/Wostok Press

C'est un sujet qui reste très difficile à aborder, mais en France, le suicide serait la troisième cause de mortalité chez les paysans. Un agriculteur béarnais nous raconte ses difficultés.

Personne n'en parle, personne ne veut le voir, pourtant cela existe bien : en France, le suicide serait la troisième cause de mortalité chez les paysans. Ils l'ont dit et redit, notamment lors de la manifestation parisienne du 3 septembre 2015, où des milliers de tracteurs avaient bloqué la capitale ; les agriculteurs français sont à bout.

Un an après la mise en place de la ligne AgriEcoute, la MSA (la mutuelle sociale agricole) annonce qu'un millier d'agriculteurs ont appelé l'an dernier ce numéro d'écoute qui leur est dédié. Ils étaient près d'une centaine par mois au premier semestre 2015. La majorité de ceux qui ont appelé ce numéro, dédié à la prévention du suicide, sont des éleveurs

Qui aujourd'hui va travailler 15 heures par jour sans gagner d'argent? 

Matthieu Hitte a 34 ans. Il est éleveur de vache laitière à Argagnon depuis 2008. Il a un prêt sur 30 ans à rembourser, avec 1700 euros par mois à payer. Et lui aussi y a déjà pensé : " j'en ai parlé à personne", dit-il, "mais derrière il y a la famille, l'hypothèque des terres, mes parents se retrouveraient dehors". 

Le témoignage de Damien Hitte, au micro de Fanette Hourt

"On se prive de tout", raconte Damien Hitte. "Ma fille qui a 5 ans demande à aller à Eurodiney, au Futuruscope. Comment? Je sais pas".

La ligne AgriEcoute est ouverte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au 09 69 39 29 19, et permet de dialoguer anonymement et de façon confidentielle avec des bénévoles formés.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, un numéro vert de prévention des risques existe depuis cinq ans déjà, le 0 800 62 00 69.