Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Saint-Calais : suicide à l'hôpital

Suicide à l'hôpital de Saint-Calais : pas de "faute" de la direction, selon l'inspection des Affaires sociales

Sept mois après le suicide d'un cadre de santé à l'hôpital de Saint-Calais, l'inspection générale des Affaires sociales, a publié ce jeudi son rapport. Il conclut que la direction de l'établissement n'a pas commis de "faute". Les représentants syndicaux sont consternés.

Le cadre de santé, qui s'est suicidé en juillet 2016, avait mis en cause sa direction dans des courriers.
Le cadre de santé, qui s'est suicidé en juillet 2016, avait mis en cause sa direction dans des courriers. © Maxppp - Sébastien Jarry

Après le suicide d'un cadre de santé à l'hôpital de Saint-Calais, le 5 juillet 2016, l'Igas, l'inspection générale des Affaires sociales, a publié ce jeudi son rapport suite à l'enquête ouverte fin août pour éclaircir les conditions de ce suicide. Les inspecteurs de la mission dédouanent la direction de l'établissement, tout en reconnaissant certaines tensions dans l'établissement.

Plus de 80 entretiens auprès des personnels de l'hôpital

Les enquêteurs de l'Inspection générale des affaires sociales ont mené plus de 80 entretiens pour d'une part, «éclaircir les circonstances professionnelles ayant entouré le suicide» et d'autre part« apprécier les risques psychosociaux existant dans l'établissement».

Il n'a pas été relevé de défaut d'organisation de l'établissement, ni de faute ou décision inappropriée de la direction" - Le rapport de l'Igas

Ils concluent qu'« Il n'a pas été relevé de défaut d'organisation de l'établissement, ni de faute ou décision inappropriée de la direction» concernant ce cadre de santé, même s'ils écrivent que l'homme avait clairement fait le lien dans une lettre entre son travail et son suicide. Selon ces enquêteurs, le nouveau poste auquel il allait être affecté, bien que très difficile, correspondait à « son statut et son expérience ».

La mobilité interne et les plannings source de tensions

Plus généralement, sur les conditions de travail dans l'établissement, la mission de l'Igas note deux sujets à l'origine de tensions : la mobilité interne et l'instabilité des plannings. Elle appelle enfin à rétablir un climat plus apaisé au sein de l'hôpital.

Les agents sont accablés, terrorisés (...) j'ai même peur qu'un drame survienne - Gaëlle Lapalus, représentante FO.

Du côté des représentants syndicaux, c'est la consternation. Gaëlle Lapalus, de Force Ouvrière, a même décidé de démissionner du Comité d'hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT). "Ce qui est marqué dans le rapport ne reflète pas ce que l'on vit sur le terrain, réagit-elle quelques minutes après avoir lu le texte. Là on a plein d'appel d'agents, ils sont accablés, terrorisés. Je ne sais pas ce que ça va devenir dans les jours qui viennent. J'ai même peur qu'un drame survienne". Elle poursuit : "Combien on en a qui sont venus en pleurs, même encore il y a 15 jours. On a des agents qui sont en arrêt maladie, on a des agents qui ne veulent plus revenir sur l'hôpital mais qui ne savent pas comment faire pour trouver du boulot ailleurs. On a des agents qui sont suivis par des psychologues. C'est atroce."

Ce rapport rétablit la vérité - la directrice de l'hôpital.

En revanche, pour la directrice de l'hôpital, Marie-Bernadette Ponthoreau, "ce rapport rétablit la vérité". Elle ajoute que l'établissement travaille déjà à l'application des neuf recommandations émises par l'Igas. Plusieurs groupes de travail ont été mis en place, "sont déjà lancés, en rapport avec les éléments de la synthèse, un groupe de travail sur la mobilité, un groupe de travail sur les plannings, groupes de travail constitués de représentants de la direction et de représentants du personnel", affirme-t-elle. Un pool de nuit doit également être mis en place.

La CGT, le syndicat qui avait médiatisé l'affaire mais qui n'est représenté à Saint-Calais, compte pour sa part contacter l'Agence Régionale de Santé et la préfecture pour réclamer la démission de la directrice.

Choix de la station

France Bleu