Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Attaque à Strasbourg : deux morts, la police diffuse un appel à témoins pour retrouver le tireur présumé

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

La fusillade s'est produite mardi soir dans les rues de Strasbourg. Au total, il y a 16 victimes dont deux personnes tuées. Plus de 720 policiers et gendarmes recherchent toujours le tireur présumé, Cherif Chekatt. la police nationale a diffusé un appel à témoins.

Sur la place Kléber, hommage rendu aux victimes au lendemain des coups de feu tirés au marché de Noël au centre ville de Strasbourg le 11 décembre 2018
Sur la place Kléber, hommage rendu aux victimes au lendemain des coups de feu tirés au marché de Noël au centre ville de Strasbourg le 11 décembre 2018 © Maxppp - Jean-Marc LOOS

Strasbourg, France

Un individu a tiré dans les rues de Strasbourg, en pleine période de marché de Noël, vers 20h, mardi soir. Le bilan provisoire fait état de deux morts, une victime en état de mort cérébrale et treize autres personnes blessées dont sept blessés graves. La population a dû rester confinée pendant plusieurs heures. L'homme a été identifié, mais pas appréhendé. La police nationale a diffusé un appel à témoins mercerdi soir. Une enquête a été ouverte pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste". Le gouvernement a porté le niveau du plan Vigipirate à "urgence attentat"

L'homme est toujours en fuite ce mercredi. Mardi soir, les accès à l'hypercentre ont été bloqués pendant plusieurs heures. Les barrages ont été levés vers 2 heures du matin. Le tireur serait dirigé vers le sud de la ville, derrière le commissariat de police, puis dans le quartier résidentiel du Neudorf. Cette fuite, il l'aurait réalisée en voiture, après avoir braqué un taxi, dont le chauffeur est sain et sauf. Les titres chocs de la presse ce mercredi matin reflètent le choc suscité par le drame. 

Depuis l'attaque, de nombreux messages évoquant des théories complotistes sont postés sur les groupes de discussion des "gilets jaunes", provoquant un vif débat et la réaction indignée du gouvernement.

L'essentiel

.

Le fil de la journée

22h00. C’est la fin de ce direct, merci de l'avoir suivi.

21h40. Le profil du suspect, l’identité des victimes, l'enquête et la traque lancée par les forces de l'ordre : le point sur ce que l'on sait 24 heures après l'attaque qui a fait deux morts dans cet article.

20h52. Pour la première fois, il est possible dans le cadre de l'appel à témoignages concernant Chérif Chekatt, de déposer des informations sur le site securite.interieur.gouv, en plus de l'appel téléphonique au 197.

19h24. La police nationale diffuse ce mercredi soir un appel à témoins pour retrouver l'auteur présumé de l'attaque, Cherif Chekatt. "Individu dangereux, surtout n'intervenez pas vous-même", met en garde la police nationale sur son compte Twitter, décrivant un individu de 1,80 m, de "corpulence normale" et appelant toute personne en possession "d'informations permettant de le localiser" à composer le 197.

19h19. Emmanuel Macron a décidé "d'accroître la mobilisation des militaires" dans le cadre de l'opération Sentinelle a annoncé le Premier ministre Édouard Philippe. Au total, 1.800 hommes supplémentaires sont mobilisés pour compléter le dispositif.

18h58. La Tour Eiffel sera éteinte ce mercredi soir à minuit "en hommage aux victimes de l'attaque" de Strasbourg, a annoncé la maire de Paris Anne Hidalgo sur Twitter.

18h30. Chérif C. le tireur présumé de l’attentat de Strasbourg avait l'intention de "tuer du flic" en 2016, selon les informations de franceinfo.

17h47. Le marché de Noël de Strasbourg restera fermé jeudi pour la deuxième journée. L’ensemble des équipements culturels et sportifs de la ville réouvriront normalement, demain jeudi 13 décembre annonce la ville de Strasbourg.

17h19. La police nationale 67 rappelle qu'il ne faut pas se fier aux informations émises par des comptes non officiels.

16h50. Un moment de recueillement est prévu à 18h à l'église du temple neuf à Strasbourg, près de l'endroit où a tiré l'assaillant : Michel Wackenheim le vicaire de la cathédrale et le pasteur Rudy Pope seront présents.

16h03. La ministre de la santé Agnès Buzyn arrive au CHU de Strasbourg Hautepierre  pour faire un point sur la prise en charge des victimes.

16h00. Selon les informations de la rédaction de France Bleu Alsace Chérif C. a grandi à Strasbourg, précisément au Schlutfheld. Ses parents et deux frères sont les quatre personnes placées en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi. L’un de ses frères a également un casier très lourd.

15h39. En signe de solidarité avec la ville de Strasbourg et les Strasbourgeois, un rassemblement et une minute de silence seront observés ce mercredi 12 décembre sur les marchés de Noël et de Saint Nicolas des villes de Metz, Nancy, Mulhouse, Colmar et Reims.

15h13. Devant ses collègues de l'Assemblée nationale, très ému Bruno Studer, le député LREM du Bas-Rhin salue l'engagement de tous.

15h12. Sur le profil du tireur présumé, Christophe Castaner précise qu'il a écopé de sa première condamnation dès l'âge de 13 ans. Autre information livrée par Christophe Castaner, la police française a collaboré avec la police allemande car il pensait retrouver Cherif C. à Kehl.

15h10. Devant les députés, Christophe Casterner explique "720 personnes sont mobilisés pour que nous puisions intercepter cet individu". 

15h00. L'Assemblée nationale observe une minute de silence en hommage aux victimes de l'attaque de Strasbourg.

14h30. Dans un tweet, Donald Trump, le président américain a lancé mercredi matin "Encore une terrible attaque terroriste en France. Nous allons encore plus renforcer nos frontières".

14h01.  Les 4 gardés à vue sont les parents du suspect et deux frères, selon les informations recueillies par franceinfo de source proche du dossier,

13h33. Le tireur présumé a "ouvert le feu avec une arme de poing et utilisé un couteau", selon le procureur de Paris. 

13h09. Roland Ries, salue l’élan de solidarité : des restaurants qui ont ouverts leurs portes, des hébergements ont été proposés.

13h05. L'élu précise : "Ce qui est arrivé hier soir est incontestablement, qu'on le veuille ou non, un attentat, une forme d'attentat terroriste"

13h01. Roland Ries, le maire de Strasbourg se dit bouleversé par ce qui s'est passé hier soir. Il salue le comportement de dignité et de courage des strasbourgeois mardi soir.

12h38. Une enquête a été ouverte pour"assassinat en relation avec une entreprise terroriste" précise le procureur.

12h35. Sur le profil du tireur, le procureur précise qu'il a 27 condamnations à son actif en France et en Allemagne.

12h33. Le suspect a été vu porteur d’une arme à feu peu avant 20h, rue des orfèvres dans le centre de Strasbourg. Il a ensuite évolué dans ce quartier précise le procureur. Des témoins ont entendu l'assaillant crier "Allah Akbar".

12h32. Deux personnes sont décédées et une troisième se trouve "en état de mort cérébrale". 12 personnes ont été blessés dont 6 en état d'urgence absolue, a précisé Remy Heitz.

12h31. Le procureur de la République de Paris Rémy Heitz fait le point après la fusillade de Strasbourg : "le terrorisme a encore frappé".

12h06.  Le reporter de France Bleu Alsace décrit un centre ville quasiment désert ce midi, notamment au pied de la cathédrale. 

12h04. Le tireur Cherif C.  était recherché dans le cadre d'une affaire de braquage avec tentative d'homicide. Il a déjà été condamné en France et en Allemagne.

12h03. Selon nos informations le tireur se serait radicalisé lors d'un passage en prison. Il incitait d'autres détenus à pratiquer la religion de façon radicale.

12h. Selon les informations de France Bleu Alsace parmi les 7 personnes grièvement touchées, certaines ont été blessées par balle à la tête et dans la région du coeur. Une femme aurait également été blessée au thorax à l'arme blanche

Cafouillage des autorités sur le bilan des victimes toute la matinée

11h13. Le bilan est à nouveau corrigé par la préfecture du Bas-Rhin. Il fait état de trois morts et 13 blessés.

10h40. La garde des Sceaux Nicole Belloubet estime qu'il n'est pas forcément nécessaire de "déclencher l'état d'urgence" en France, qui est une mesure d'exception.

10h30. Le procureur de Paris Rémy Heitz, dont la section antiterroriste mène l'enquête sur l'attaque de Strasbourg tiendra une conférence de presse à midi au tribunal de grande instance de Strasbourg,

10h14. Le bilan du nombre de victimes est revu à la baisse selon un communiqué de la préfecture. Il y a deux morts, et 14 blessés, dont sept graves.

10h. Le centre d’accueil des familles est installé à la cité de la musique et de la danse, place Dauphine à Strasbourg. Il a vocation à informer et accompagner les familles de victimes et à dispenser soutien psychologique et informations juridiques

9h35. La motivation "terroriste" de l'attaque de Strasbourg n'est pas encore établie" déclare le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez, invitant à la "plus grande prudence" sur la qualification des faits.

9h00. Dans le cadre de l'opération d'hier matin ce sont cinq personnes qui ont été interpellées a précisé ce mercredi matin sur France Inter le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nuñez.

8h52. Un auditeur en colère dénonce sur France Bleu Alsace la responsabilité de la municipalité strasbourgeoise "qui a laissé les voitures brûler depuis les années 2 000 dans les quartiers de Strasbourg".

8h48. Sur l'antenne de France Info, le maire de Strasbourg Roland Ries a expliqué ce matin, que des policiers du commissariat de la ville ont fait face au tireur en fuite "autour de 22h" et échangé des tirs avec lui.

8h44. Eric, un témoin des larmes dans la voix raconte sur France Bleu Alsace comment les personnes ont été accueillies hier soir en gare de Strasbourg après avoir passé des heures confinées dans un restaurant : "A la gare il n’y avait plus de transport. On était une cinquantaine de personnes Je voulais remercier tous les agents de la SNCF et la protection civile qui nous ont fournis des lits d’appoints, des repas et du réconfort".

8h41. Sur France Inter, Laurent Nunez secrétaire d'état auprès du ministère de l'intérieur parle d’un individu connu pour des délits mais pas liés au terrorisme. Il a fait plusieurs séjours en prison. Il était suivi pour radicalisation religieuse.

8h35. Les transports en commun circulent normalement dans l'agglomération strasbourgeoise.

8h31. Des voisins du tireur qui habitait le quartier des poteries à Strasbourg expliquent à un journaliste de France Bleu Alsace : "c’est un choc, on ne s’y attend pas. Je le connais depuis tout petit".

8h22. La préfecture rappelle que des cellules d'aides psychologiques sont en place.

8h20. L'ancien président de la République François Hollande exprime sa tristesse ce matin et exprime ses pensées aux familles.

8h18. Pour Roland Ries, le maire de Strasbourg, l'heure n'est pas à la polémique, c'est une journée de recueillement : "Un recueil sera installé à l’hôtel de ville où les gens pourront s’exprimer".

8h13. Pierre Bardet, le président des vitrines de Strasbourg est sur la même ligne : "On ne va pas laisser les fanatiques et les extrémistes gagner. Il faut marquer le temps du deuil et continuer à vivre".

8h12. Le maire de Strasbourg ne souhaite pas que le marché de Noël de Strasbourg ferme. "Il faut maintenir nos valeurs face à des fous fanatiques et continuer à vivre".

8h09. Roland Ries, le maire de Strasbourg en direct sur l’antenne de France Bleu Alsace donne des précisions sur deux des victimes "une personne thaïlandaise, un strasbourgeois décédé et 6 personnes en urgence absolue".

8h05. Pour rappel, Strasbourg avait déjà été cible de menace d'attentats. En 2 000, un projet d'attentat avait été déjoué de justesse sur le marché de Noël.

7h58. La préfecture donne un nouveau bilan. Le bilan provisoire fait désormais état de 16 victimes dont 3 personnes décédées, 8 blessés graves et 5 blessés légers.

7h56. Pour Gérald Arboit, spécialiste du terrorisme, il est évident que la proximité avec l'Allemagne interroge sur la fuite du tireur :  "soit il s’est terré dans une des cités de Neudorf, soit il est passé en Allemagne".

7h50. Bruno Studer, député LREM du Bas-Rhin précise "Il y a des renforts de sécurité qui arrivent ce matin sur la ville de Strasbourg".

7h45. "Il y avait déjà un passif et les gendarmes ont travaillés sur les trois complices" précise Gérald Arboit, spécialiste du terrorisme sur l'antenne de France Bleu Alsace . Pour lui difficile de dire s'il s'agit d'un acte terroriste.

7h40. Bruno Studer, député LREM du Bas-Rhin ce matin sur France Bleu Alsace exprime sa profonde sympathie avec les familles. Il remercie aussi les forces de l’ordre.

7h30.  Dans le quartier des poteries, où habitait le tireur présumé à Strabourg, notre reporter raconte que les policiers sont présents ce matin dans le quartier.

7h10. Les auditeurs sont nombreux à intervenir sur France Bleu Alsace pour exprimer leur colère. Ils ont le sentiment que les autorités n'en font pas assez pour lutter contre ce genre d'attaques.

7h00. Les réactions sont nombreuses en Alsace ce matin. "C'est un choc, notre ville se réveille avec un goût de sang dans la bouche" dit Alain Fontanel, le premier adjoint au maire de Strasbourg. "Nous savions que le risque zéro n’existe pas, mais évidemment ces risques sont toujours présent" explique- t il sur l'antenne de France Bleu Alsace

6h55. L'ensemble des écoles restent ouvertes ce matin pour accueillir les enfants mais il n'y aura pas de cours. La fermeture du marché de Noël de la ville a été décidée dès hier soir par le maire de Strasbourg ainsi que l'annulation de l'ensemble des spectacles. 

6h50. Robert Hermann, président de l’Eurométropole explique ce matin sur l’antenne de France Bleu Alsace : « Un homme très motivé, c’est difficile à arrêter. Ils sont souvent le fruit d’individus qui agissent seuls et d’une manière un peu impromptu. Ça rend l’action de prévention très difficile ». Mais il rappelle que l’ensemble des actions menées quotidiennement dans le pays permettent d’éviter des drames.

6h40. Les Dernières Nouvelles d'Alsace ne paraissent pas aujourd'hui. l'accès à l'imprimerie était impossible hier soir. Dominique Jung, directeur de publication des DNA explique sur l'antenne de France Bleu Alsace la difficulté de boucler la ville : "On ne peut pas mettre une ville pendant plus d’un mois entièrement en contrôle comme on le ferait dans un aéroport. C’est absolument impossible de contrôler une ville".

6h35. Robert Hermann, président de l’Eurométropole explique ce matin sur l’antenne de France Bleu Alsace que les écoles sont ouvertes mais que les cours ne sont pas obligatoires : "J’ai conseillé pour celles et ceux qui en aurait la possibilité de garder leurs enfants à la maison. Ce n’est pas une obligation"

6h30. Bienvenue dans notre direct. Ce matin l'antenne de France Bleu Alsace est en édition spéciale

Attaque meurtrier sur le marché de noël - Visactu
Attaque meurtrier sur le marché de noël © Visactu