Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Incidents lors du match Marseille-Nîmes : chez les supporteurs nîmois, la colère ne faiblit pas

-
Par , , France Bleu Gard Lozère

Ce lundi, une centaine de supporteurs du Nîmes Olympique se sont réunis devant le stade des Costières. Ils dénoncent des violences policières subies samedi soir, en marge du déplacement à Marseille. Du côté de la justice, ces accusations ne sont pas fondées selon les premiers éléments de l'enquête.

Une centaine de supporteurs nîmois se sont retrouvés devant le stade des Costières ce lundi
Une centaine de supporteurs nîmois se sont retrouvés devant le stade des Costières ce lundi © Radio France - Arnaud Roszak

Nîmes, France

Quarante-huit heures après les incidents survenus en marge du déplacement à Marseille, la colère n'est toujours pas retombée chez les supporteurs du Nîmes Olympique. Ce lundi, ils étaient une centaine devant le stade des Costières, lieu d'affrontement avec des CRS dans la nuit de samedi à dimanche. Beaucoup d'entre eux persistent à dénoncer des violences dont ils ont été les victimes

C'est le cas de Cyril Roure, le président du groupe de supporteurs Nemausus, à l'origine du rassemblement : "Samedi soir, ce sont les flics qui nous ont agressés. Il y avait de la haine chez eux, ils nous expliquaient qu'ils étaient venus pour nous tabasser, pour nous casser en deux. C'est intolérable !". C'est en tout cas sa version. Une délégation s'est rendue au commissariat pour avoir des explications. Les supporteurs nîmois annoncent vouloir déposer plainte.

Cinq jours d'ITT pour le policier blessé

Une enquête a été ouverte. Autre version, notamment celle de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône :  Selon elle, les supporteurs ont envenimé la situation dès le trajet sur l'autoroute. Puis, à leur retour aux Costières, comme l'explique le procureur-adjoint Stanislas Vallat, en charge des investigations : "Des personnes agitées, certaines éméchées, se sont montrées virulentes envers les CRS présents sur le parking. Une cohue s'est créée et l'un des supporteurs a lancé une bouteille de vodka, qui a blessé un policier à l'épaule.

Bilan : cinq jours d'ITT (interruption temporaire de travail) et une interpellation. Le supporter âgé d'une trentaine d'années a été placé sous contrôle judiciaire pour "violence aggravée avec arme, rébellion sous emprise de l'alcool et de stupéfiant".

Deux versions des faits radicalement opposées

Des éléments contestés par Cyril Roure : "Les vidéos parlent pour nous : on s'est fait gazer dès le début. Le père d'un supporteur s'est fait matraquer au sol par cinq CRS, les gosses aussi ont été gazés." Deux versions radicalement différentes sur ces incidents pour ce qui aurait dû être un simple match de football. Selon le parquet de Nîmes, l'information judiciaire ouverte devrait permettre d'y voir un peu plus clair. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu