Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

Sur la piste des stations de ski fantômes dans les Vosges

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Une quinzaine de stations de ski ont disparu dans l'histoire des Vosges. Une trentaine de remontées ont définitivement fermé. Certaines sont à l'abandon. France Bleu Lorraine est allée à leur recherche. Pourquoi ces friches touristiques ne sont-elles pas démontées ? Enquête.

Que deviennent les domaines skiables après fermeture ? La question se pose chaque année dans les Vosges. A cause du manque de neige, les propriétaires sont toujours plus nombreux à jeter l'éponge. Dans l'histoire, quarante stations ont été créées dans le massif et quinze ont définitivement fermé. Beaucoup de remontées mécaniques ont été démontées, mais certaines sont encore debout, inexploitées. France Bleu Lorraine révèle qu'au moins quatre de ces remontées sont encore à l'abandon dans les hauteurs vosgiennes. C'est le cas, notamment, au col du Donon. 

La remontée mécanique du col du Donon a fermé il y a plus de trente ans. - Radio France
La remontée mécanique du col du Donon a fermé il y a plus de trente ans. © Radio France - Lucas Valdenaire

Des pylônes rouillés au milieu des arbres

Une unique piste a vu le jour dans les années 1970, sur cette quadruple frontière (au croisement de la Moselle, de la Meurthe-et-Moselle, des Vosges et du Bas-Rhin). A cette époque, le développement du tourisme hivernal explose en France : c'est la conquête de l'or blanc. Le massif vosgien n'y échappe pas. 

A cette époque, le col du Donon est enneigé tous les hivers, même à 720m d'altitude. Une remontée mécanique est installée dans la forêt, à une vingtaine de kilomètres de Badonviller. Quinze ans plus tard, c'est la désillusion : le téléski ferme définitivement. Aujourd'hui, la remontée du Donon est envahie par la végétation et les pylônes rouillés se confondent avec les arbres. Le fantôme du moniteur hante encore la cabane en bas de l'ancienne piste.

Au col du Donon, une ancienne chaussure de ski abandonnée dans l'ancienne cabane du moniteur. - Radio France
Au col du Donon, une ancienne chaussure de ski abandonnée dans l'ancienne cabane du moniteur. © Radio France - Lucas Valdenaire

Cela fait maintenant plus de trente ans que la remontée mécanique est à l'abandon. "C'est d'ailleurs la plus ancienne friche touristique du massif, explique Pierre-Alexandre Métral, doctorant en géographie à l'université de Grenoble-Alpes. Il est l'auteur d'une thèse intitulée : La montagne désarmée, une analyse des trajectoires des stations de ski abandonnées."Cette question des friches touristiques est extrêmement problématique, poursuit le chercheur. Quand le domaine s'arrête, on se retrouve avec des téléskis voire des hôtels et des restaurants qui n'ont plus vocation à exister."

Plusieurs choix s'opèrent. Soit, on laisse pourrir sur place en essayant de gagner du temps pour trouver une forme de reconversion. Soit, on démonte est c'est extrêmement compliqué. La loi est assez laxiste sur ces démantèlements

Selon plusieurs associations, ces friches touristiques font tâches dans le paysage. Surtout, elles peuvent présenter des risques de sécurité pour les promeneurs. Problème : jusqu'à maintenant, rien n'obligeait les propriétaires de stations à démonter leurs téléskis obsolètes. Après plusieurs années de combat, des organisations environnementales, telles que Moutain Wilderness (association nationale de protection de la montagne), ont remporté une victoire importante il y a quatre ans. L'article 71 de la loi Montagne 2016 contraint désormais les propriétaires à prévoir le démontage de toute nouvelle installation. 

Problème : cette loi n'est pas rétroactive. Autrement dit, pour les stations construites avant 2016, rien ne change. Leur démantèlement n'est toujours pas une obligation. A ce titre, le sénateur lorrain Jean-Louis Masson avait interpellé le gouvernement en 2017 sur l'avenir des friches touristiques françaises.

A quand les démantèlements ?

Au col du Donon, le maire de Grandfontaine Philippe Rémy explique que les câbles et les pièces les plus dangereuses ont été dégagés au moment de la fermeture. Pour le reste, les pylônes et la cabane du moniteur n'ont jamais été démontés. "Je souhaiterais que cela soit bientôt démantelé," conclut-il. Le terrain, lui, appartient à l'Office nationale des forêts. Contactée par France Bleu Lorraine, l'ONF assure aujourd'hui que des discussions sont en cours pour dégager les lieux prochainement.

Une autre friche de ce type existe dans le massif vosgien : à Xonrupt-Longemer sur les hauteurs du Collet et de Retournemer. Elle est plus récente celle-ci. Sur place, les trois téléskis sont à l'arrêt depuis plus de dix ans. "Face à plusieurs contraintes administratives", le propriétaire des lieux (l'entreprise Labellemontagne, gérante des stations de la Schlucht et de la Bresse) n'a pas encore engagé de démantèlement. "Mais cela pourrait se faire dans les prochains mois, confie Jean-Yves Rémy, à la tête de la société. Selon lui, des négociations doivent être lancées en 2021 pour tenter de trouver des financements afin de démonter les téléskis en question. En attendant, les vieux pylônes sont toujours là, droits parmi les sapins vosgiens. 

Remontée mécanique à l'abandon au Collet dans les Vosges - Radio France
Remontée mécanique à l'abandon au Collet dans les Vosges © Radio France - Lucas Valdenaire

A Xonrupt-Longemer, le ski alpin n'a pas disparu pour autant. La station du Poly reste aujourd'hui exploitée par la commune. Les deux téléskis sont à l'arrêt en ce moment, mais uniquement en raison du manque de poudreuse. 

Crédits photos : Adélaïde Barthod (Le Collet) / Lucas Valdenaire (col du Donon).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu