Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes les expulsions vont se poursuivre "avec la même fermeté", promet Edouard Philippe

mercredi 11 avril 2018 à 16:58 Par Mikaël Roparz, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Les expulsions ont repris mercredi matin pour une troisième journée consécutive dans la “zone à défendre” de Notre-Dame-des-Landes. Les heurts se sont poursuivis entre gendarmes et zadistes. L'opération entamée lundi va malgré tout se poursuivre à confirmé le Premier ministre.

Les opérations d'expulsions se poursuivre sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
Les opérations d'expulsions se poursuivre sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes © Radio France - Anne Patinec

Notre-Dame-des-Landes, France

Depuis lundi, les affrontements entre zadistes et forces de l’ordre sont toujours aussi violents sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.  L'évacuation a fait plus de 80 blessés en trois jours, selon les derniers décomptes obtenus auprès de la préfecture et des médias. 

Une cinquantaine d'opposants ont été blessés selon les zadistes. Du côté des forces de l'ordre on compte au moins une trentaine de blessés. Quatre gendarmes ont été touchés par une grenade mardi en fin de soirée.  

La confrontation s'est poursuivie toute la journée mercredi entre gendarmes mobiles et opposants retranchés derrière des barricades. Les gendarmes évaluent à 150, 200 le nombre d’individus qui seraient venus pour soutenir les zadistes. 

Les forces de l'ordre ont lancé une charge massive mercredi après-midi tout près d'un lieu de vie des zadistes pour les repousser. Ils étaient rassemblés pour un pique-nique de protestation depuis 13h.

Ils prévoient d'ores et déjà des actions samedi après-midi à Nantes et dimanche sur la ZAD. 

L’Acipa, la principale association d’opposants à l’ex-projet d’aéroport, a prévenu qu’elle appellerait ses adhérents à venir en nombre et “à montrer leur solidarité partout où ils se trouvent”, si cette intervention n’était pas stoppée. 

"Les opérations vont se poursuivre dans le même esprit" Edouard Philippe  

Mercredi matin, deux députés LREM ont réclamé une trêve dans l'évacuation de la ZAD pour stopper la "spirale de violences".  

Mais pour le Premier ministre, il n'est pas question de faire une pause. Lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Edouard Philippe a salué le "très grand professionnalisme" des gendarmes et forces de l'ordre qui mènent l'expulsion de la "Zad". "Les opérations se déroulent conformément au calendrier qui avait été envisagé (...) les opérations vont se poursuivre dans le même esprit, avec la même fermeté et avec la même mesure", a déclaré le Premier ministre.

Six députés européens écologistes (Yannick Jadot, Eva Joly, Pascal Durand, Karima Delli, José Bové et Michèle Rivasi) ont demandé un rendez-vous à Edouard Philippe pour discuter des solutions au nécessaire apaisement de la situation".

Les gendarmes ont été formés spécialement pour cette intervention. Ils sont notamment munis de caméras pour filmer l'opération d'évacuation. Selon Karine Lejeune, la porte-parole de la gendarmerie, la phase d’expulsion va se poursuivre encore jusqu’à la fin de semaine, pour laisser place ensuite à “la phase de stabilisation”, qui doit “permettre le déblaiement de tout ce qui a été déconstruit” et “éviter les réinstallations”. 

  - Visactu
© Visactu