Faits divers – Justice

Surpopulation carcérale : une nouvelle maison d'arrêt prévue à Marseille

Par Fanette Hourt, France Bleu Provence jeudi 6 octobre 2016 à 16:28

La prison des Baumettes est prévue pour accueillir 1200 détenus, mais en compte près de 1800 aujourd'hui.
La prison des Baumettes est prévue pour accueillir 1200 détenus, mais en compte près de 1800 aujourd'hui. © Maxppp - Maxppp

Le gouvernement confirme ce jeudi la construction de 33 établissements pénitentiaires en France. L'un d'eux serait dans le secteur de Marseille.

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé ce jeudi la construction de 33 nouveaux établissements dans neuf agglomérations prioritaires, pour lutter contre la surpopulation carcérale. L'objectif est d'atteindre 80% d'encellulement individuel dans les maisons d'arrêt, comme cela a été préconisé dans un rapport du garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas.

Le secteur de Marseille devrait bénéficier de ce plan gouvernemental. "La surpopulation carcérale dans la zone Aix-Marseille n'est un secret pour personne", explique le député socialiste de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhônes, Patrick Mennucci.

Un calendrier serré

600 places seront ainsi créées dans cette nouvelle maison d'arrêt, ainsi que 200 postes de gardiens de prison. Mais le temps presse. "Il faut que dans les deux mois qui viennent, les choses soient très avancées pour que ce soit budgété au budget 2017", ajoute le député. Seuls 9 établissements, sur les 33 prévus, seront construits en 2017. Pour faire partie de ces neuf priorités, il faut donc que les élus de notre région se mettent d'accord d'ici deux mois sur la localisation de cette nouvelle maison d'arrêt.

Deux possibilités :

  • Soit aux Baumettes (centre pénitentiaire de Marseille qui compte actuellement près de 1800 détenus, pour 1200 places), à la place de l'actuelle direction régionale pénitentiaire.
  • Soit dans une commune de la métropole qui serait prête à bénéficier de cette proposition, sachant que cela peut avoir des atouts en terme d'emplois et d'activités.

Si cet emplacement est choisi d'ici deux mois, la construction commencerait en 2017, sans pour autant qu'un calendrier plus précis n'ait été défini.

"On attend de voir"

De leur côté, les syndicats se disent globalement satisfaits de cette annonce du gouvernement, même s'ils "attendent de voir". "Avant chaque élection présidentielle, on a des annonces. Donc on espère que sous le prochaine exécutif, les décisions qui vont être engagées maintenant vont suivre. On espère que ce ne sont pas que des effets d'annonce", explique Cyril Antolin, le secrétaire régional du syndicat pénitentiaire des surveillants.

"Avant chaque élection présidentielle, on a des annonces."

Partager sur :