Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"
Dossier : Le projet Center Parcs à Roybon

Suspension du chantier de Center Parcs à Roybon : le tribunal décidera le 23 décembre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère
Manuel

Pas moins de quatre associations attaquaient ce jeudi devant le tribunal administratif de Grenoble deux arrêtés préfectoraux autorisant le lancement et la conduite des travaux du futur centre de loisirs en Isère. Les arguments s'affinent mais les positions ne changent pas.

Ouverture de l'audience Center Parcs 18 déc 2014 au TA de Grenoble
Ouverture de l'audience Center Parcs 18 déc 2014 au TA de Grenoble © Radio France

L'audience aura duré trois heures et demi à l'intérieur du tribunal administratif de Grenoble. Pendant ce termps, à l'extérieur et sous bonne garde policière, 100 "pour" et 100 "contre" faisaient le pied de grue. Sans incident.Pas d'incident non plus à l'intérieur. Les avocats des associations requérantes (Pour les Chambaran sans Center Parcs, la FRAPNA, la fédération de pêche de la Drôme et l'union régionale Rhône-Alpes des fédérations de pêche), les avocats de la SNC Roybon Cottages (Center Parcs, groupe Pierre et Vacances) et ceux du Conseil général de l'Isère étaient invités à s'exprimer. Ajoutez à cela, les services de l'État, secrétaire générale de la Préfecture en tête, dont les arrêtés étaient attaqués.L'audience a donné lieu a des échanges qui ont dépassé le strict cadre d'articles de loi et de points de droit.Le 23 décembre prochain, le tribunal devra seulement dire s'il y a urgence à suspendre des travaux. S'il existe un "doute sérieux" quant à leur légalité, ce sera le cas.

"Les études sont allées jusqu'à faire des analyses ADN de l'eau ! Il n'y a pas d'espèce menacée sur le site" (Services de l’État)

Le dossier lié à l'autorisation du projet Center Parcs.
Le dossier lié à l'autorisation du projet Center Parcs. © Radio France

Globalement, les associations reprochent au projet de Center Parcs d'être : dommageable pour la nature et des espèces protégées, de ne pas être vraiment essentiel en matière d'emplois et de ne pas être "d'intérêt général". Enfin, elles reprochent également de n'avoir pas fait appel à la Commission nationale du débat public. Center Parcs et la Préfecture répondent de leur côté que la commission aurait du être saisie, s'il y avait lieu, au moment du permis de construire, défendu jusque devant le Conseil d'État.

Ils soulignent également qu'il y a déjà eu pas moins de quatre enquêtes publiques depuis 2007 dans ce dossier. Quant au préfet de l'Isère, il n'a cédé à "aucun lobby, aucune pression", tout a été fait dans les règles a-t-il affirmé, et même souvent au-delà, pour un projet exemplaire en matière de préservation de l'environnement et de compensation et qui est "une aubaine" économique pour le secteur de Roybon. À la sortie du tribunal administratif, personne n'osait être trop optimiste.

"L'intérêt public, c'est l'eau et la nature qu'on laisse à nos enfants" (Stéphane Péron, 'Chambaran sans Center Parcs')

Audience Center Parcs réaction Stéphane Péron PCSCP

Audience Center Parcs réaction avocate P&V

Audience Center Parcs, réaction pêcheur Drôme

Audience Center Parcs Papier compte-rendu d'audience

→ DOSSIER - Le projet Center Parcs à Roybon

Choix de la station

À venir dansDanssecondess