Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Mutilations d'animaux : la gendarmerie de la Sarthe appelle à ne pas faire justice soi-même

-
Par , France Bleu Maine

Huit enquêtes ont été ouvertes par la gendarmerie de la Sarthe pour des suspicions d'attaques sur des animaux. Six enquêtes concernent des équidés, deux des bovins.

Le colonel Lucazeau appelle à garder la tête froide.
Le colonel Lucazeau appelle à garder la tête froide. © Radio France - Elie Abergel

La gendarmerie de la Sarthe lance un appel au calme. Alors que huit enquêtes sont ouvertes dans notre département pour des suspicions d'attaques sur des animaux, Thibault Lucazeau, le chef de la gendarmerie sarthoise demande aux éleveurs de ne pas faire justice eux-mêmes. 

Pour le moment aucune garde à vue n'a été menée dans ces différentes affaires, mais les gendarmes ont procédé à de nombreuses auditions. 

Appel à la sérénité

"Pour l'instant, l'implication de l'homme dans ces huit attaques potentielles n'a pas été démontrée", commence le colonel Lucazeau. 

"On comprend la peur et la colère légitimes des éleveurs et des propriétaires. Mais il ne faut pas que les victimes deviennent des auteurs de délits à leur tour, et que cela se termine par des échanges de coups", tempère M. Lucazeau qui ajoute : "les gendarmes sont joignables _en permanence_, à toute heure du jour et de la nuit". 

La piste criminelle pas encore écartée à Beaumont-Pied-de-Bœuf

Dans l'affaire de la jument tuée à Beaumont-Pied-de-Boeuf, la cause du décès a été reliée à une tension intestinale. Pour autant, la piste criminelle n'est pas écartée, assurent les gendarmes. 

"Une autopsie a été menée, nous n'écartons rien, nous ne savons pas encore pourquoi il y a eu une tension intestinale, pourquoi un tel état de stress sur ce cheval ?", continue le colonel Lucazeau. 

"Peut-être une intervention humaine est en cause, même si elle n'a pas causée directement la mort de la jument", ajoute-t-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess