Faits divers – Justice

Suspicion de survol de drone au-dessus de la centrale nucléaire de Chinon

Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine et France Bleu lundi 19 juin 2017 à 15:11

La centrale nucléaire de Chinon
La centrale nucléaire de Chinon © Maxppp - Franck Fouquet

Un drone aurait survolé la centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire) ce dimanche en toute fin d'après-midi. Le signalement a été fait par un salarié qui quittait son poste. Aucune confirmation pour l'instant. Une enquête est en cours.

La gendarmerie d'Indre-et-Loire a ouvert une enquête suite à un signalement à la centrale nucléaire de Chinon. Un drone aurait été vu survolant en partie le site ultra-sensible. Le signalement a été fait par un salarié de centrale ce dimanche en fin d'après-midi. Il quittait alors son poste de travail. Il aurait vu un objet côté sud survoler le CNPE (Centre nucléaire de production d'électricité de Chinon).

Une "alerte drone" déclenché automatiquement

Immédiatement, le processus d'alerte est enclenché, pour ce qui n'est pour l'instant qu'une "suspicion de survol" explique la centrale de Chinon. "Il n'y a rien d'avéré pour l'instant" réitère la centrale, "mais chez nous, il n'y a pas de demi-mesure sur la sécurité. Les procédures de protection sont draconiennes". Comme dans pareil cas, la gendarmerie est saisie. Elle a ouvert une enquête. Aucune plainte n'a été déposée. Les informations recueillies sont secret-défense, mais on peut imaginer que les images des caméras de vidéo-surveillance qui surveillent le site sont épluchées depuis ce dimanche soir.

C'est la première fois qu'un survol de drone est signalé au-dessus de la centrale d'Avoine

D'autres centrales nucléaires en France ont connu des survols de drones, mais il pourrait s'agir pour celle de Chinon d'une première. Le signalement a permis également de tester le dispositif "alerte drone" et vérifier qu'il marche. D'autres dispositifs existent, contre les intrusions et les colis suspects. A ce propos, pour la petite histoire, une alerte "colis suspect" a déjà été enclenché à Chinon. Il s'agissait en fait du sac déjeuner d'un salarié oublié par mégarde.