Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Suspicion de travail dissimulé : la direction de GEFCO s'explique

Après l'annonce en début de semaine de la mise en examen du PDG de GEFCO dans le cadre de soupçons de recours à des chauffeurs routiers étrangers non déclarés, la direction de GEFCO communique et donne des précisions.

Site GEFCO de Noidans-les-Vesoul en Haute-Saône.
Site GEFCO de Noidans-les-Vesoul en Haute-Saône. © Radio France - Jean-François Fernandez

Après la mise en examen du PDG de Gefco, pour "travail dissimulé", le groupe explique avoir mis en place un audit interne et précise que l'entreprise a cessé de travailler avec certaines des entreprises mise en cause par l'enquête. La direction qui n'avait pas souhaité répondre à notre média dans un premier temps le fait aujourd'hui par couriel.

Le tribunal judiciaire de Vesoul en Haute-Saône a mis en examen ce lundi 29 mars le PDG de GEFCO, pour travail dissimulé. Cette mise en examen est la suite logique de l'instruction menée à Vesoul depuis 2017 sur un réseau de chauffeurs routiers de Pologne et Slovaquie qui assurait des prestations pour le transporteur GEFCO.

Il s'agit d'anciens collaborateurs

Dans ce mail, le service de relations avec les médias chez GEFCO précise qu'il s'agit de trois anciens collaborateurs, ce qui signifie qu'ils ne font plus partie de l'entreprise. "Nous confirmons que trois anciens collaborateurs et un responsable actuel de GEFCO France SAS ont été mis en examen pour travail dissimulé à l’égard de sous-traitants".

Dans ce mail nous apprenons que : "GEFCO SA (groupe) fait également l'objet de poursuites. Luc Nadal, Président du directoire de GEFCO SA, a quant à lui été placé sous le statut de témoin assisté".

GEFCO a cessé de travailler avec ces entreprises

La direction du groupe précise que sur "ces faits prétendus de travail dissimulé de la part d’entreprises de transport qui ne se seraient pas acquittées de leurs charges sociales à l’état français", GEFCO prend cette situation très au sérieux et a cessé de travailler avec ces entreprises de transport.

Nous avons entrepris une action de vérification et d’audit interne

GEFCO précise avoir une politique de conformité et des procédures d'achat strictes concernant la vérification des sous-traitant. "Conformément à nos codes déontologiques, nous avons entrepris une action de vérification et d’audit interne pour vérifier que les dispositifs de contrôle dans la gestion de nos sous-traitants sont parfaitement respectés".

Malgré cet avis de tempête négatif pour le groupe, la direction de GEFCO affirme continuer d'assurer ses services normalement auprès de ses clients.

Patrice Clos secrétaire général FO/UNCP au sein du groupe nous expliquait en début de semaine redouter les conséquences économiques que peut avoir ce genre d'affaires sur l'entreprise.

Des informations que nous n'étions pas en mesure de vous donner dans nos précédentes publications car le groupe "ne souhaitait pas commenter cette affaire". Nous avions précisé que l'entreprise GEFCO est soupçonnée d'avoir eu recours en sous-traitance à ces chauffeurs routiers à faible coût. Pour l'instant, ces dirigeants de GEFCO sont présumés innocents. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess