Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Suspicion de viols à l'AS Preux Saint-Herblain : le club est abasourdi

-
Par , France Bleu Loire Océan

A Saint-Herblain près de Nantes, un ancien entraîneur est soupçonné de plusieurs viols sur mineurs. Les faits remontent à il y a dix ans. La nouvelle équipe dirigeante de l'association se dit très affectée. Le club de foot l'AS Preux compte 190 licenciés.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Michel Clementz

A Saint-Herblain (44), le club de foot l'AS Preux qui compte 190 licenciés explique faire face depuis ce mardi à un douloureux épisode. Un ancien entraîneur est soupçonné de plusieurs viols sur mineurs. Au cours de sa garde a vu l'homme qui a aussi été bénévole dans un club de twirling de Loire-Atlantique, aurait reconnu plusieurs relations sexuelles avec de jeunes filles et de jeunes garçons. Le fait qui a permis de l'interpeller remonte à il y a dix ans. La nouvelle équipe dirigeante de l'association se dit très affectée. 

La présidente explique être profondément choquée. Elle n'en a "pas fermé l'œil de la nuit". Cette bénévole qui précise être mère de quatre enfants, parle d'un "épisode dramatique pour l'image du club, un coup de massue" qui au lendemain de la révélation des faits la laisse encore toute abasourdie.

Une seule victime connue 

La victime qui a porté plainte avait 14 ans au moment des faits. La présidente de l'US Preux Saint-Herblain souligne qu'elle n'a aucune connaissance d'autres victimes, que les dossiers des anciens licenciés ne sont pas entre ses mains mais "au district ou à la ligue de football". Elle refuse de s'exprimer autrement qu'au téléphone et renvoie à une communication la semaine prochaine conjointement avec la Ville de Saint-Herblain et la ligue. En attendant son équipe répond aux interrogations des licenciés et des parents et les conforte dans l'idée que le "protocole sécurité" a toujours été assuré depuis son arrivée en 2011.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess