Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Syndrome du bébé secoué : une nounou devant les assises de la Haute-Savoie

- Mis à jour le
Par

Depuis ce mardi 30 juin, une assistante maternelle d’Héry-sur-Alby (Haute-Savoie) comparait à Annecy devant la cour d’assises de la Haute-Savoie. Elle est accusée de violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente sur un nourrisson. Le bébé était âgé de cinq mois à l'époque des faits.

Le palais de justice d'Annecy (Haute-Savoie). Le palais de justice d'Annecy (Haute-Savoie).
Le palais de justice d'Annecy (Haute-Savoie). © Radio France - Richard Vivion

"Si j’ai fait du mal à ce petit bonhomme, ce n’était pas mon intention." La nounou fait face à la cour d’assises de la Haute-Savoie. Depuis ce mardi 30 juin, l’assistante maternelle d’Héry-sur-Alby (Haute-Savoie) comparaît pour violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente. Les faits remontent au 23 janvier 2015. Elle est accusé d’avoir violemment secoué un bébé âgé de cinq mois. Aujourd’hui, la victime âgée de cinq ans souffre d’une paralysie sur le côté gauche et d’importants problèmes de vision.

Publicité
Logo France Bleu

Syndrome du bébé secoué

Pour Alice Duguet, l’avocate des parents du petit garçon, ce dossier n’est que trop banal. "C’est celui d’un cas classique de syndrome du bébé secoué avec une assistante maternelle qui dit qu’elle ne se souvient pas mais qu’elle l’a peut-être secoué. Et que si elle ne se souvient pas, comme elle est bienveillante, elle n’aurait jamais pu faire ça." Hospitalisé entre la vie et la mort au CHU de Grenoble, le nourrisson avait passé plusieurs jours dans le coma. 

loading

Panique 

Pour ce premier jour d’audience, la nounou d’Héry-sur-Alby a martelé à plusieurs reprises qu’elle n’a jamais été violente. Si ce jour-là, elle a fait le geste du secouement et elle le mime mollement, c’était parque le nourrisson faisait un malaise. Elle voulait l’aider. Le président de la cour d’assise lui demande :"mais alors pourquoi avoir téléphoné à la maman et pas au Samu ?" "J’ai paniqué", répond-elle. "Vous avez paniqué ou voulu dissimuler votre geste ?", insiste le magistrat. "Non ! Je ne me vois pas avoir un geste comme cela. Je ne me souviens plus." 

Le bébé avait été confié à l’assistante maternelle aujourd'hui âgée de 43 ans une quinzaine de jours seulement avant les faits. Qualifié par ses parents de souriant et épanoui, la nounou le décrit comme un enfant qui "pleurait souvent". Les deux avocates de l’accusée rappellent qu'elle était très appréciée par l’ensemble des parents qui depuis 2012 lui ont confié leurs enfants. 

Le procès se poursuit ce mercredi. Le verdict est attendu ce jeudi. L’assistante maternelle encoure une peine maximale de 20 ans de réclusion criminelle. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu