Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tags et menaces de mort contre la procureure de la République de Bastia

jeudi 10 mai 2018 à 17:25 Par Marion Galland et Jean Pruneta, France Bleu RCFM et France Bleu

Des tags ont été découverts ce jeudi matin sur les murs du palais de justice de Bastia. La procureure de la République est directement visée. Une enquête pour menaces de mort et dégradations a été ouverte.

IFF, AFF, cercueil, bombes, les tags ont été découverts ce matin sur les murs du palais de justice de Bastia
IFF, AFF, cercueil, bombes, les tags ont été découverts ce matin sur les murs du palais de justice de Bastia © Radio France - Jean Pruneta

Bastia, France

La procureure de la République de Bastia est directement visée par les tags découverts ce jeudi matin. Ces inscriptions ont été découvertes sur deux murs, sur le côté du palais de justice. Elles désignent la magistrate et sont accompagnées d'une valise, d'un cercueil, d'une cagoule et des inscriptions IFF ou AFF. Une enquête a été immédiatement ouverte pour "menaces de mort et dégradations", elle a été confiée à la sécurité publique de Bastia qui va pouvoir s'appuyer sur les images de vidéosurveillance.  

Mesures de sécurité

Lors d'une conférence de presse en début d'après-midi, le procureur général près de la Cour d'Appel de Bastia a expliqué qu'il était "choquant de s'en prendre personnellement à des magistrats qui ne font que leur travail"

Franck rastoul, procureur général, "il est choquant de s'en prendre aux magistrats"

10 ans de prison

Franck Rastoul a par ailleurs insisté sur la gravité de ces faits. "_Ils peuvent valoir pour leurs auteurs", a-t-il rappelé, "jusqu'à 10 ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende_". Tout comme son prédécesseur, qui avait également reçu des menaces, Caroline Tharot, la procureure de la République de Bastia, devrait bénéficier de mesures de sécurité accrues.

Une enquête pour "menaces de mort et dégradations" a été ouverte - Radio France
Une enquête pour "menaces de mort et dégradations" a été ouverte © Radio France - Jean pruneta

"Aucun magistrat ne doit être menacé en raison de ses fonctions, la justice ne doit pas travailler sous la menace" a insisté Franck Rastoul. "Et si menace il y a, elle n'a aucun effet si ce n'est renforcer notre détermination. Tout sera fait pour identifier les auteurs ". 

Franck Rastoul, " tout sera fait pour identifier les auteurs"

Aucune piste privilégiée

Le procureur général s'est entretenu avec Caroline Tharot, qui considère ces faits comme "inacceptables", "ils seront traités comme tels mais ce serait une erreur de les majorer" a expliqué Franck Rastoul, "on n'est pas dans un climat délétère!" Aucune piste particulière n'est privilégiée et tous les dossiers en cours vont être étudiés afin de voir si des liens peuvent être établis. 

Franck Rastoul, "On n'est pas dans un climat délétère!"