Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tags homophobes à Luglon (Landes) : Les gendarmes proposent à la victime de revenir porter plainte

mardi 5 juin 2018 à 18:13 Par Valentine Letesse, France Bleu Gascogne

Après la médiatisation de l'affaire, les gendarmes ont finalement proposé aujourd'hui à la victime des tags homophobes de se représenter et ajouter comme elle le souhaitait, le caractère aggravant d'"homophobie" à sa plainte pour injures publiques.

L'un des tags sur la route de Luglon.
L'un des tags sur la route de Luglon. © Radio France

Luglon, France

Finalement, cet homme de 60 ans pourra déposer plainte comme il le souhaite. Lundi, France Bleu Gascogne publiait cette histoire qui a secoué le petit village de Luglon pendant plusieurs semaines. 

"Nous sommes très attentifs aux problèmes de discriminations et avons invité la victime a compléter sa plainte aujourd'hui." - le Colonel de la gendarmerie des Landes, Christophe Triollet.

Depuis le mois d'avril, des tags homophobes sont apparus sur la commune visant directement un habitant. La gendarmerie a reçu la plainte de la victime pour injures publiques mais à l'époque, elle refuse de retenir le caractère aggravant d'homophobie, sous prétexte que la victime est hétérosexuelle. Pourquoi ? On ne le saura pas. Probablement du pragmatisme de militaire nous explique le colonel de la gendarmerie des Landes, Christophe Triollet.

Après la médiatisation de l'affaire, les gendarmes ont donc invité aujourd'hui cet homme de 60 ans à se présenter à nouveau pour lui permettre d'ajouter le caractère "homophobe" à sa plainte. Puisqu'il en a parfaitement le droit "si il y tient" nous dit ce soir le patron des gendarmes landais Christophe Triollet.  Le Colonel précise que la gendarmerie est d'ailleurs dotée de référents en discrimination.