Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tags hostiles au CETA sur la permanence d’Alain Tourret, député LREM du Calvados

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le député LREM du Calvados Alain Tourret à son tour ciblé pour avoir voté en faveur du CETA. Un tag hostile à cet accord de libre-échange a été inscrit sur sa permanence locale située à Moult.

Le député Alain Tourret a finalement voté en faveur du Ceta
Le député Alain Tourret a finalement voté en faveur du Ceta © Maxppp - Christophe Morin

Moult, France

Les inscriptions ont été constatées lundi matin : des tags hostiles au CETA ont été tracés sur les vitres et la porte de la permanence parlementaire d’Alain Tourret, le député LREM du Calvados. Lers services de la Mairie de Moult les ont rapidement effacés. Dans un communiqué l’élu dénonce des « vandales » qui portent «  atteintes à la démocratie et à la liberté ».

Abstention puis vote favorable

Les inscriptions renvoyaient explicitement au récent vote d’Alain Tourret en faveur de la ratification de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA). Lors d’un premier examen du Projet de loi le député LREM du Calvados s’était abstenu. Puis lors du réexamen du texte par l’Assemblée nationale, le mardi 23 juillet, il avait finalement donné son accord, expliquant « avoir reçu toutes les garanties attendues sur l’intérêt de cet accord pour la France, son industrie et son agriculture ». 

Depuis ce feu vert de la majorité, des dégradations ont visé les permanences d’une dizaine d’autres députés LREM, dont celle de l’élue de l’Eure Claire O’Petit, elle aussi visée par des tags découverts mardi matin. Alain Tourret annonce qu’une plainte a été déposée à la gendarmerie, à priori les inscriptions remonteraient à la nuit du samedi 3 au dimanche 4 août.