Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

PHOTOS - Des tags "horribles et violents" sur la façade de la gendarmerie de Landivisiau

Des tags ont été découverts ce lundi matin sur la façade de la gendarmerie de Landivisiau. Laurence Claisse, la maire de la ville est "choquée" et apporte son soutien forces de l'ordre. Une enquête est ouverte par le parquet de Brest.

C'est sur la façade de la gendarmerie que les tags ont été découverts ce lundi matin
C'est sur la façade de la gendarmerie que les tags ont été découverts ce lundi matin - Googlemaps

Landivisiau, France

Laurence Claisse, la maire de Landivisiau est en colère ce lundi matin. Au lever du jour, les forces de l'ordre ont découvert des tags sur la façade de la gendarmerie, "Flics suicidés à moitié pardonnés", " suicidez-vous", "acab" ("all cops are bastards", ndlr), etc.  

Des tags "horribles" 

"Ce sont des insultes, des menaces, et c'est un non-respect de ces hommes qui se battent pour nous et nous protègent". Et cette injonction : "suicidez-vous" indigne profondément la maire de Landivisiau. "C'est inadmissible de dire aux gendarmes qu'ils doivent se suicider !

Laurence Claisse s'est rendue auprès des équipes de la gendarmerie de sa ville pour leur apporter son soutien. "Quand j'étais là-bas, tout le monde était horrifié de voir ce qu'il y avait d'écrit. C'est même pas humain de marquer cela... " Des employés municipaux tentaient ce lundi matin d'effacer les tags. 

Une enquête ouverte par le parquet de Brest 

Le parquet de Brest a précisé ce lundi en fin d'après-midi qu'une enquête a été ouverte pour "dégradation grave sur un bien d'intérêt public" et "outrage sur personne dépositaire de l'autorité public". L'enquête a été confiée à la brigade de recherche de Morlaix. 

Réactions du gouvernement et de la députée de Landivisiau 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu