Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Tarn-et-Garonne : un gilet jaune interpellé pour avoir affiché le slogan "flic suicidé, à moitié pardonné"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Un gilet jaune de 69 ans est en garde à vue à Caussade dans le Tarn-et-Garonne pour avoir apposé le slogan "flic suicidé, à moitié pardonné" sur sa camionnette. Il doit être présenté mardi devant le parquet de Montauban.

Le gilet jaune qui avait affiché le slogan « flic suicidé, à moitié pardonné » sur son fourgon est en garde à vue à Caussade
Le gilet jaune qui avait affiché le slogan « flic suicidé, à moitié pardonné » sur son fourgon est en garde à vue à Caussade - @capture Google Map

Caussade

Après les slogans lancés aux forces de l’ordre à Paris "suicidez-vous, suicidez-vous" lors du 23e samedi de mobilisation des gilets jaunes, un gilet jaune de 69 ans a été placé en garde à vue à la gendarmerie de Caussade dans le Tarn-et-Garonne. Il avait affiché sur la lunette arrière de sa camionnette le slogan "flic suicidé, à moitié pardonné."

Indignés de voir de telles insultes sur le fourgon stationné dans la ville, des passants ont alerté les forces de l’ordre. Les gendarmes ont rapidement identifié le propriétaire du véhicule qui a été placé en garde à vue.

Cet homme de 69 ans sera présenté mardi au parquet de Montauban pour "outrage à personnes dépositaires de l’autorité publique". Il encourt un an de prison.

Des slogans similaires appelant les forces de l’ordre au suicide avaient été découverts lundi matin sur la façade de la gendarmerie de Landivisiau dans le Finistère. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner condamne ces faits "d'une extrême gravité".