Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tarn : la médecin-anesthésiste de Lavaur soupçonnée d'euthanasie mise en examen

vendredi 21 décembre 2018 à 21:57 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

La médecin-anesthésiste est soupçonnée d'avoir euthanasié une octogénaire à l'hôpital de Lavaur dans Tarn. Elle a été mise en examen ce vendredi pour homicide volontaire. L'infirmière qui a injecté la dose mortelle est quant à elle placée sous le statut de témoin assisté.

Vendredi après-midi, un conseil de surveillance de l'hôpital de Lavaur s'est tenu en urgence pour évoquer l'affaire.
Vendredi après-midi, un conseil de surveillance de l'hôpital de Lavaur s'est tenu en urgence pour évoquer l'affaire. © Radio France - Olivier Lebrun

Lavaur, France

La médecin-anesthésiste soupçonnée d'avoir administré une dose létale à une patiente de 80 ans en fin de vie a été mise en examen pour homicide volontaire ce vendredi. Elle aurait reconnu avoir administré consciemment une dose létale de curare à cette octogénaire.

L'infirmière qui a injecté la dose mortelle, sous l'autorité de l'anesthésiste, a été placée sous le statut de témoin assisté.

Elles auraient agi à la demande de la famille

Les deux femmes avaient elles-mêmes signalé les faits à leur hiérarchie. Elles auraient agi à la demande de la famille. Le conseil de surveillance de l'hôpital de Lavaur a confirmé qu'une piqûre de curare est à l'origine de la mort de la patiente. 

L'enquête est confiée à la brigade de recherche des gendarmes de Toulouse. Une affaire qui relance le débat sur l'accompagnement de la fin de vie.