Faits divers – Justice

Pluie d'amendes après le teknival illégal de Portes

Par Ludovic Labastrou et Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Gard Lozère et France Bleu vendredi 2 septembre 2016 à 16:09

Gendarmes, sous-préfet et élus
Gendarmes, sous-préfet et élus © Radio France - Ludovic Labastrou

Après la fête, l'heure des bilans. Le sous-préfecture d'Alès a fait le point ce vendredi sur les moyens mobilisés pour assurer la sécurité des 6 000 teufeurs qui ont organisé un teknival géant et illégal le week-end dernier sur un ancien site minier gardois, sans occasionner d'incidents notables.

La sous-préfecture d'Alès a fait le bilan ce vendredi à la Grand-Combe, du teknival géant organisé le week-end dernier à Portes dans les Cévennes.

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, plus de 2 000 véhicules, la quasi-totalité des camions, ont investi illégalement l'ancienne mine découverte du carreau d'Estival, occasionnant un bouchon de sept kilomètres qui a duré toute la nuit.

Il a aussi fallu assurer la sécurité de quelque 6 000 teufeurs, qui ont quitté la fête entre lundi et mercredi certes, mais des moyens importants ont dû être déployés.

Une véritable poudrière

Il n'y a eu aucun incident notable, mais les organisateurs ont pris de gros risques. Car 6 000 personnes entourées par des pins hautement inflammables, sans eau ni sanitaire, ça peut être dangereux.

Une fois les accès bloqués pour empêcher toute arrivée supplémentaire, il a fallu faire face : 40 personnels de la Croix Rouge, une quinzaine de secours à personne, 30 sapeurs pompiers avec des porteurs d'eau et 50 gendarmes ont assuré la sécurité du début à la fin du teknival jusqu'au départ des teufeurs.

Près de 800 infractions relevées

Et pour accompagner le départ des teufeurs, les gendarmes avaient mis en place trois points de contrôle. Ils ne sont pas restés inactifs, avec pas moins de 774 infractions relevées, dont 23 conduites sous stupéfiant. Elles ne resteront pas sans suite.

Reportage de Ludovic Labastrou

On notera aussi les 676 amendes pour avoir circulé et stationné sur une zone interdite, soit deux fois 135 euros. Cela fait cher la méga rave party, sans parler des organisateurs, identifiés, qui auront à répondre d'une fête totalement illégale.

"Nous avons les plaques d'immatriculation et les noms. L’enquête déterminera les responsables de cette rave totalement irresponsable."

Olivier Delcayrou

Olivier Delcayrou et Patrick Malavieille - Radio France
Olivier Delcayrou et Patrick Malavieille © Radio France - Ludovic Labastrou

Partager sur :